22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 15:40

...

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Objectifs inatteignables, management à la menace, restructurations et mises au placard... Personne ne connaît ça mieux que moi. Vincent Fournier, salarié d'un centre d'appels au bout du rouleau, m'a tout raconté (...) C'est mon boulot, je suis médecin du travail. Écouter, soigner. Avec le traitement approprié, quel qu'il soit.

« Que répondre à quelqu'un qui vous dit qu'il est prêt à mourir parce qu'il ne supporte plus de travailler ? »

 

Mon avis : 
La souffrance au travail... vaste sujet. J'ai la chance de ne pas être touchée et je croise les doigts pour que cela dure, cela peut vite basculer : un changement de direction, un collègue malveillant...

Je m'attendais à ce que ce roman soit sombre et... il est TRES sombre.

Dans sa dédicace de mon exemplaire l'auteur a écrit "Et le bonheur dans tout ça ?"
Je n'en ai pas trouvé trace dans cette histoire.

Je n'ai pas tellement adhéré au rôle qu'il fait jouer au médecin du travail, un peu trop excessif pour moi dans ses choix, ses décisions et ses prises incessantes de médicaments.

J'ai lu ce livre tout en gardant à l'esprit que l'auteur avait vécu les situations dans lesquelles se trouvent ses personnages, ça fait froid dans le dos.
L'actualité nous rappelle aussi régulièrement que ce livre n'est pas totalement une fiction.

Voici un roman social, bien noir, très actuel hélas !

Assurez-vous d'avoir bon moral avant de vous lancer dans cette lecture instructive malgré tout.

L'avis de Canel qui en parle très bien.

Livre issu de ma

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 19:42

...

 

Quatrième de couverture :
Mary est âgée, sa santé se dégrade. Elle décide de passer ses derniers jours à Bruny, île de Tasmanie balayée par les vents où elle a vécu ses plus belles années auprès de son mari, le gardien du phare.
Entre souvenirs et regrets, Mary retrouve la terre aimée pour tenter de réparer ses erreurs.
Entourée de Tom, le seul de ses enfants à comprendre sa démarche, un homme solitaire depuis son retour d'Antarctique, elle veut trouver la paix avant de mourir. Mais le secret qui l'a hantée durant des décennies menace d'être révélé et de mettre en péril son fragile équilibre.
Une femme au crépuscule de sa vie, un homme incapable de savourer pleinement la sienne, une bouleversante histoire d'amour, de perte et de non-dits sur fond de nature sauvage et mystérieuse.
Un roman envoûtant, promesse d'évasion et d'émotion.

Mon avis : 
Mary et Tom, la mère et le fils, c'est avec eux que j'ai fait ce voyage en Tasmanie.
Mary a souhaité revenir sur l'île où elle a habité avec son mari et ses enfants car elle sent la fin de sa vie qui approche.
Tom comprend sa mère, c'est un homme très déstabilisé depuis son retour d'une mission en Antarctique

J'ai été touchée par Mary dès le début de ce roman, sa force et ses faiblesses, ses secrets, sa vie de femme de gardien de phare.
J'ai eu un peu plus de mal avec Tom au début, il a fallu que je prenne le temps de bien le connaître pour l'apprécier et me laisser toucher par sa fragilité.
 Il est malmené par les femmes de sa vie et cela le rend malheureux. 

Au fur et à mesure de ma lecture j'étais aussi contente de retrouver Mary que Tom, mais aussi Leon, Jacinta qui sont importants pour Mary.

Ce livre fait prendre conscience de l'importance de respecter le choix de la fin de vie des parents âgés et/ou malades, Mary a dû se battre et résister pour que ce choix soit respecté. 

J'aurais simplement aimé que le secret de Mary ne soit pas aussi évident et qu'il me surprenne. 

Un livre qu'il serait sûrement très agréable de lire au bord de la mer, à défaut je l'ai terminé sur ma terrasse au soleil d'un dimanche après-midi.

 

Livre prêté par une copine de chorale
Merci Geneviève ! 

 

Partager cet article

Repost0
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 08:20

...

 

Quatrième de couverture :
Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s’enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade.
Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l’étourdissant diaporama de l’histoire des Sadr sur trois générations: les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence, l’ivresse du rock, le sourire voyou d’une bassiste blonde…
Une fresque flamboyante sur la mémoire et l’identité; un grand roman sur l’Iran d’hier et la France d’aujourd’hui.

Mon avis : 
Négar Djavadi nous raconte ici une fresque familiale avec les nombreux personnages de la famille Sadr. Tellement nombreux que la liste en est faite à l'intérieur du boîtier contenant le CD de ce livre audio.
Le problème c'est que je ne me promène pas avec le boîtier quand j'écoute un livre...j'y revenais quand même de temps en temps pour faire le point surtout au début.

La lectrice est vraiment excellente, j'ai beaucoup aimé sa voix et son interprétation. Elle a une voix douce mais qui s'intensifie en fonction des évènements qui se déroulent.

J'ai eu beaucoup de mal avec les flashbacks qui entraînent le lecteur dans le passé assez régulièrement pour revenir ensuite en France aux côtés de Kimiâ la narratrice.
J'avoue que cela a fait chuter mon plaisir à écouter cette histoire.
J'ai vraiment bien accroché à certains passages et beaucoup moins à d'autres, mon avis a beaucoup fluctué au fil de ce livre.

Je pense que j'aurais davantage apprécié la version papier.

En revanche j'ai aimé l'interview de l'auteur à la fin car elle explique le pourquoi de ces "digressions" et pourquoi son livre ressemble un peu à un "puzzle".
J'ai bien compris mais je n'ai pas adhéré pour une version audio, c'est tout à fait personnel et cela n'engage que moi !

Prix Audiolib 2017

...

 

Partager cet article

Repost0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 17:25

...

 

Quatrième de couverture :
Elsa et Lena sont jumelles. Depuis le jour de leur naissance, elles partagent tout. Pourtant, elles sont aussi différentes que le jour et la nuit. Lena la coquette, l'enthousiaste, la solaire ; Elsa la sage, la prudente, l'introvertie.


Après des années à jouer scrupuleusement cette partition, quelque chose s'enraye. Elsa sent que ce partage des rôles a assez duré. C'est décidé : cette année sera celle de toutes les prises de risques.

Alors que Lena tombe sous le charme du nouveau prof de théâtre et se passionne pour sa pédagogie atypique, Elsa prépare son plan : celui qui lui permettra de tout envoyer balader et de prendre enfin pleinement possession de sa vie.

Un roman bouillonnant et tendre où il est question - entre autres - de peinture à l'huile, de papillons dans le ventre, d'Ingmar Bergman, d'une séance radicale de relooking, d'un fou rire nerveux à la cantine et de l'art et la manière de rédiger le SMS parfait.

Mon avis : 
Je ne vais pas en rajouter en racontant l'histoire ici car la quatrième de couverture est très bien faite.

Les ados de ce roman sont vraiment sympathiques et surtout très réalistes. On y retrouve les sentiments, les tiraillements, les changements propres à cette période de la vie qui n'est pas forcément la plus facile.

Je n'ai pas de sœur jumelle mais si cela avait été le cas j'aurais sans doute été Elsa plutôt que Lena. J'ai aimé leur relation et le changement qui s'opère pour Elsa qui va s'épanouir, s'affranchir de l'influence de Lena pour ne plus rester dans son ombre.

Une jolie histoire d'amour pour couronner le tout et voici un livre bien sympathique.

Merci à Babelio

Partager cet article

Repost0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 18:00

...

 

Quatrième de couverture :
** #3 Boudins **
On les a élues « Boudins de l'année » sur Facebook.
Mais Mireille Laplanche et ses « boudinettes ». Hakima et Astrid, n'ont pas l'intention de se lamenter sur leur sort !
Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris...
... pour s'incruster à l'Élysée !

Place aux Petites Reines !!!

Mon avis : 
Elles sont sympa ces "boudinettes" pleines de vie et d'envie.
Heureusement que Mireille est là, elle a de l'expérience car elle a déjà été sur ce triste podium des boudins de l'année. Elle va entraîner et motiver Astrid et Hakima à sa suite dans un projet d'envergure : enfourcher leurs vélos pour aller jusqu'à Paris.

Chacune des trois filles a une bonne raison de vouloir se rendre au cocktail du 14 juillet à l'Elysée.

Au départ ce livre parle de harcèlement, de moquerie, de mépris.
Puis de page en page ces trois jeunes filles vont en remontrer à ceux qui les ont élues "boudins de l'année", elles vont même en jouer de ce titre de boudin.

J'ai vraiment aimé leur énergie, leur volonté et leur humour. 

En revanche je suis une adulte d'âge "mûr"..... et cela m'a paru peu réaliste que trois jeunes filles partent ainsi sur les routes de France d'autant plus que l'une d'elles est vraiment très jeune. 

Il faudrait vraiment que tous les petits c...s qui se moquent de ces filles enrobées,  qui cultivent ce culte de la minceur, lisent se livre et y réfléchissent.

Un bon moment de lecture même si c'est clairement un livre destiné aux ados.
 

 

Livre emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 17:49

...

 

Quatrième de couverture :
Clémentine est un peu perdue et cherche des réponses à ses doutes existentiels. Heureusement, la vie réserve toujours des surprises à ceux qui sont prêts à les recevoir.
De rencontre insolites en histoires de sagesse, qui sait si Clémentine n'a tout simplement pas trouvé son chemin vers le bonheur...

 

Mon avis : 
Quelle jolie BD ! avec des dessins tout doux, des personnages tout tendres, tout bienveillants, des couleurs dans les bruns, verts, très nature.

Cette BD est dans l'air du temps avec le thème du bonheur et le chemin qui peut nous y mener.

Cette belle histoire est parsemée de petits contes zen et même si j'en connaissais déjà une bonne moité j'ai aimé les relire.

Une très belle découverte !


 

BD prêtée par une amie
Merci Florence !

 

Partager cet article

Repost0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 17:39

...

 

Quatrième de couverture :
«Tu l'as laissée mourir...»

Le soir de Noël, Christine Steinmeyer, animatrice radio à Toulouse, trouve dans sa boîte aux lettres le courrier d'une femme qui annonce son suicide. Elle est convaincue que le message ne lui est pas destiné. Erreur ? Canular ? Quand le lendemain, en direct, un auditeur l'accuse de n'avoir pas réagi, il n'est plus question de malentendu. Et bientôt, les insultes, les menaces, puis les incidents se multiplient, comme si quelqu'un cherchait à prendre le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s'effondre. Avant que l'horreur fasse irruption.

Dans les ténèbres qui s'emparent de sa vie, la seule lueur d'espoir pourrait bien venir d'un certain Martin Servaz.

 

Mon avis : 
Cela faisait un petit moment que je n'avais pas lu un bon gros thriller, celui-ci contient environ 700 pages dans sa version poche.

Nous sommes dans un opéra, les titres musicaux des chapitres participent aux trois actes de ce roman et Bernard Minier en est le chef d'orchestre.

Christine, reçoit une lettre bizarre, et cela va être le commencement d'un enfer, elle va être prise dans un engrenage, et le lecteur aussi !

Le lecteur retrouve Martin Servaz, l'enquêteur de Glacé (ici)  et Le Cercle (ici) dont j'avoue avoir oublié l'histoire...

L'auteur malmène ses personnages et jusqu'au bout on ne sait pas qui va s'en sortir... ou pas.

J'ai aussi aimé découvrir le monde des astronautes, de la recherche spatiale en France et en Russie.

Durant cette lecture j'ai vécu une expérience particulière puisqu'une centaine de pages avant la fin j'ai rencontré l'auteur au festival Rue des livres à Rennes (ici).
Il m'a raconté une anecdote sur l'un des personnages et m'a promis que j'aurai encore des surprises. C'était intéressant d'apprendre de sa bouche que certains faits qu'ils pensaient fictifs se sont révélés en partie réels.

Après cette rencontre j'avais très envie de dévorer le dernier acte de cet opéra ce qui fut chose faite dès le lendemain matin car notre chat m'a réveillée bien trop tôt et je n'ai pas réussi à me rendormir (sale bête ;-) )

Je vais attendre que Nuit sorte en poche pour retrouver Martin Servaz dans une nouvelle aventure.

 

Livre issu de ma

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 17:51

...

 

Quatrième de couverture :
Rappeuse afghane ou astronaute, reine des bandits ou volcanologue, inventrice ou journaliste d'investigation, les Culottées ne renoncent jamais.

Quinze nouveaux portraits de femmes qui ont bravé tous les obstacles pour mener la vie de leur choix.

Mon avis : 
Eh oui j'ai commencé par le tome 2 sur le conseil d'un bibliothécaire bien intentionné ! Aucune importance puisque cette BD contient 15 portraits de femmes, cela peut se lire dans le désordre et je sais déjà que j'emprunterai aussi le tome 1.

Ces femmes ont du caractère et de sacrés tempéraments parfois au péril de leur vie d'ailleurs. Dans certains pays et/ou à certaines époques il n'est pas facile et même très compliqué de pouvoir exprimer son talent, sa passion, sa volonté.

J'ai aimé découvrir des portraits de femmes que je ne connaissais pas du tout et d'autres d'en j'avais déjà entendu parler.
A la fin de chaque histoire j'allais voir sur internet à quoi la femme de l'histoire ressemblait. Et j'avoue que les dessins de Pénélope Bagieu sont très ressemblants.

Une belle BD, intéressante, avec des portraits certes rapides mais très instructifs.

 

BD empruntée à la

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 09:35

...

 

Comme chaque année pour moi depuis mars 2011, je me suis rendue hier à Rennes pour le festival Rue des livres et surtout pour la traditionnelle rencontre des blogueuses (majorité féminine) de l'Ouest.

J'ai passé une belle journée, dense et sympathique.

J'avais rendez-vous à 11 heures avec Canel, et nous avons commencé par un petit tour de salon puis par un échange/rendu de livres, transfert d'un carton dans ma voiture.

Nous avons discuté avec Marin Ledun, très sympathique et trop mignon (dixit Canel !), achat et dédicace de deux de ses romans, le premier pour moi, le deuxième pour mon mari.
Un peu déçue de ne pas avoir le choix pour la couverture des visages écrasés... mais ce n'est pas non plus le titre que l'auteur aurait choisi alors...

 

...

 

Je suis ensuite allée discuter avec Bernard Minier dont j'étais en train de terminer N'éteins pas la lumière, encore un auteur très agréable et abordable, un échange intéressant. Et il ne m'a pas spoilé la fin ! 
Je me suis surpassée cette année pour les échanges avec les auteurs ! 

...

Nous avons ensuite retrouvé Sophie (Gambadou), Géraldine, Sylvie (Sylire), Fransoaz,  Iris29, Laurence (Diablotin0), Christelle (Antigone) puis Hervé pour aller déjeuner à la pizzeria. Une grande table de 10 avec des conversations très animées autour des livres mais pas seulement... 

J'ai ensuite assisté à trois rencontres d'auteurs sur les thèmes suivants :
- "Aux sources de l'inspiration" avec David Khara, Bernard Minier et Franck Thilliez
- "Quand l'histoire devient un jeu littéraire" avec Estelle Faye, Laurent Genefort, Yves Grevet (tiens je lui ai parlé aussi, très sympa) et Johan Héliot
- "Raconter c'est résister" avec Marin Ledun et Dominique Manotti

Dans l'après-midi Chantal (Kitty la mouette) nous a rejoints.

Encore un petit tour dans le salon m'a permis de rencontrer Anne-Laure Bondoux, j'y tenais car j'avais beaucoup aimé Et je danse aussi (ici), et sur les conseils d'autres blogueuses j'ai acheté et fait dédicacer Les larmes de l'assassin pour ma plus jeune fille (je suis impatiente de voir sa réaction, c'est sa première dédicace ;-) ) 

 

 

 

...

 

Cette année on a oublié de faire une photo de groupe mais Canel et Gambadou nous avaient préparé de jolis badges (ici)

Encore une belle rencontre, des échanges sympathiques, vivement l'année prochaine !

Partager cet article

Repost0
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 07:42

...

 

Quatrième de couverture :
C'est l'histoire d'un médecin malheureux, qui ne se rappelle plus comment soigner depuis que sa femme est partie. Il a décidé de mettre fin à ses jours le soir même.

En se jetant dans un taxi pour régler quelques affaires à l'hôpital, il fait la connaissance de sa mystérieuse conductrice : une vieille dame excentrique capable de deviner quand les gens vont mourir, juste en les regardant dans les yeux. Pour convaincre le Docteur de revenir sur sa décision, elle exige sept jours durant lesquels il devra se soumettre à toutes ses fantaisies.

Le compte à rebours est lancé jusqu'à l'échéance finale. Qui gagnera du désespoir ou de la joie de vivre ? Que s'est-il passé dans la vie de cet homme pour qu'il en arrive là ? Qu'a vécu cette femme pour qu'elle prenne aussi violemment le parti de la vie et du bonheur ?

Avec une poésie joyeuse et une grande émotion, Baptiste Beaulieu imagine une merveilleuse rencontre entre deux êtres qui cherchent à réenchanter le monde.

 

Mon avis : 
Ce n'était peut-être pas une très bonne idée de lire ce roman peu de temps après avoir découvert Joyeux suicide et bonne année de Sophie de Villenoisy (ici).
En effet, le sujet est similaire, j'avais beaucoup aimé Joyeux suicide et bonne année et le roman de Bapstiste Beaulieu est donc resté dans l'ombre du premier.

Et forcément j'ai tendance à comparer, je l'ai trouvé moins léger, moins drôle, se prenant plus au sérieux.

Mais la fin du livre et notamment une certaine lettre sont magnifiques et tout s'explique à ce moment. Une belle fin !

J'ai un deuxième livre de cet auteur qui m'attend, je vais le rendre à la bibliothèque et le réemprunter plus tard.

 

Livre emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture