20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 16:30
Mourir sur Seine de Michel Bussi

.

 Quatrième de couverture :

Un meurtre... huit millions de témoins.
Sixième jour de l'Armada. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen ! Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ? Quel étrange pacte semble lier des matelots du monde entier ? De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ? Quel scandale dissimulent les autorités ?
Une implacable machination... qui prend en otage huit millions de touristes. Une course effrénée contre la montre avant la parade en Seine commence.
L'histoire de la navigation en Seine, stupéfiante et pourtant bien réelle, livre la clé de l'énigme. Les quais de Rouen, le cimetière de Villequier, les rues médiévales de Rouen, le marais Vernier... deviennent autant de scènes de cette enquête défiant l'imagination.

 

Mon avis :

Voici un nouveau roman de Michel Bussi qui est en fait une réédition d'un roman paru en 2008 avant Nymphéas noirs, Un avion sans elle, Ne lâche pas ma main et N'oublier jamais.

Cette histoire mêle aventure, meurtres, histoires de pirates, recherche d'un trésor sur fond d'Armada ce grand rassemblement de navires qui a lieu tous les cinq ans à Rouen.

J'ai tout d'abord aimé la couverture de ce livre avec ses caractères en relief, j'aime passer ma main dessus et sentir cette différence de texture.

L'auteur alterne l'enquête de Maline la journaliste et celle de la police.  Je ne me suis pas ennuyée du tout durant cette lecture,  il se passe tout le temps quelque chose.  C'est rythmé et parfois même carrément mouvementé. Un peu d'amour par dessus tout ça et hop le tour est joué !

Ce livre est sûrement encore plus intéressant à lire si on connaît la ville de Rouen car il y est beaucoup question de ses rues et de ses ruelles.

 

Merci à Babelio et aux Editions des Falaises.

 

                Mort

 

      

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 17:22

                                                    

Quatrième de couverture :
C'est l'histoire d'une petite fille dont la maman glisse lentement dans la maladie mentale. Elle rencontre une famille extraordinaire de la banlieue de Lille, qui adopte des enfants du monde entier. Adolescente, elle partage sa vie entre cette maison du bonheur et des tête-à-tête compliqués avec sa mère à la dérive. Entre amour doux et amour fou.
C'est l'histoire de Frédérique Bedos.
Bac en poche à seize ans, elle débarque dans la capitale pour ses études. Repérée dans un café par un producteur américain, sa vie s'accélère entre Paris, Londres et New York. Mais les prime time sur MTV, France 2 ou M6 ne parviennent pas à lui faire oublier d'où elle vient et à qui elle doit d'être sauvée.

En 2009, elle laisse tomber les paillettes pour mettre en lumière des héros anonymes : c'est le Projet Imagine.

Un livre étonnant, qui témoigne d'une force et d'une joie de vivre qui nous emportent.
Un récit qui donne envie d'aimer, d'aimer sans condition, d'aimer malgré tout.

 

Mon avis :

Ce livre est un témoignage qui retrace la vie de l'auteur. Vous la connaissez peut-être pour l'avoir vue à la télévision sur France 2 ou M6, ce qui n'était pas mon cas.

Une vie hors du commun, sa jeunesse avec d'une part des passages très durs mais aussi très doux avec sa maman Jeanne très instable psychologiquement et d'autre part une jeunesse emplie d'amour dans sa famille d'accueil avec de très nombreux frères et sœurs. 

On a l'impression qu'elle s'en sort bien mais il lui faudra aussi effectuer un travail sur elle-même quand la dépression la guettera, devenue adulte.

Ce témoignage nous livre un beau portrait de femme.

 

      Livre issu de ma 

         
      Kdo de ma sœurette

 

               Taille

 

 

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 05:00
Ce n'est pas toi que j'attendais de Fabien Toulmé (BD)

...

Quatrième de couverture :
C'est l'histoire d'une rencontre. La rencontre d'un père et de sa petite fille pas comme les autres. Pour Fabien, l'annonce de la trisomie de Julia, c'est le monde qui s'écroule. Comment faire face au handicap de son enfant ? Comment apprendre à l'aimer ? Entre colère, doute, moments de tristesse et bonheurs inattendus, l'auteur raconte le difficile chemin d'acceptation qui le mènera vers sa fille. Une histoire d'amour, à la fois touchante et drôle, tendre et sincère, sur le thème universel de la différence.

Mon avis : 

Quelle belle BD !!!!!!!!!!!

C'est sa propre histoire que nous raconte ici Fabien Toulmé suite à la naissance de sa fille qui est trisomique 21.

Son regard sur le handicap est très dur, c'est un sujet qu'il connait peu et il voit sa fille comme un boulet, il fait un blocage et ne peut la prendre dans ses bras durant de longs, de très longs mois.

J'ai été plusieurs fois émue aux larmes durant cette lecture, l'auteur est touchant, sincère et totalement démuni face au handicap de la petite Julia.

Mais cette histoire n'est pas uniquement triste, l'espoir est au bout du chemin et j'ai aussi souri durant ma lecture.

 

Merci à Babelio et aux Editions Delcourt.

 Lecture commune avec
           Enna 

     

 


Pronom personnel sujet


                 Musique

Partager cet article

Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 16:20

                                                   

Quatrième de couverture : 
Je n'ai même pas sauté de joie en apprenant les résultats du conseil de classe. Après tout, cela signifiait encore une année de translucidité dans cet établissement où je n 'étais rien. La seule vraie surprise de ce jour-là, ce fut quand Paul Rialto me salua pour la première fois.

Jeune provincial, le narrateur débarque à la capitale pour faire ses années de classe préparatoire. Il y découvre une solitude nouvelle et un univers où la compétition est impitoyable...

Confusion des sentiments, attirance pour la mort et pour la vie, succès gagné sur un malentendu, amertume et plaisir... On retrouve dans Un hiver à Paris tout ce qui fait le charme des romans de Jean-Philippe Blondel.


Mon avis :

Victor est en classe prépa littéraire dans un grand lycée parisien,  la course au concours est impitoyable, les profs sont intraitables avec leurs élèves. Ils les rabaissent, les humilient, mais tous ne sont pas  comme Victor qui évolue dans cette sphère tout en étant peu impliqué, comme un spectateur dans cette course au concours.

J'ai à nouveau apprécié l'écriture de Jean-Philippe Blondel,  j'ai l'impression qu'il connaît son sujet de l'intérieur et je me suis même demandé si Victor ce n'était pas lui, en partie tout au moins.

J'ai aimé les relations entre les différents personnages avec leurs forces et leurs faiblesses.

Un très bon moment de lecture. 

 

   Livre prêté par Saxaoul
             Merci ! 

             
 


                  Lieu

Partager cet article

Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 10:30

Sur une initiative de Galéa, et avec la participation de 33 blogueurs/blogueuses, un hommage aux victimes de ce terrible mois de janvier 2015.

 

Anne-Véronique, Asphodèle, Céline, EnnaEva, FéliFleurGaléa, Jérôme, Laurielit, Le Petit Carré JauneLittér'auteursMarilyne, Martine, Mind the GapMiss LéoMo', Mon Petit Chapitre, Pascale, Philisine Cave, Sandrine,

Sharon, Sidonie, SylSylire, Tiphanie, Titine, Valou 

 

Partager cet article

Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 17:52

                                          

Quatrième de couverture : 
« Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d'autres provinces, ils filaient vers d'autres corps. »

Réparer les vivants est le roman d'une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d'accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l'amour.

 

Mon avis : 

Attention le sujet de ce livre est sensible : un accident chez un jeune pour lequel ses parents doivent décider si oui ou non ils font don d'un ou plusieurs organes.

Je sens que je vais me faire lyncher par tous ceux qui ont encensé ce livre, d'ailleurs il faudrait que j'aille relire des avis pour savoir si certains se rapprochent du mien.

Mon avis est partagé : j'ai adoré tout ce qui concerne Simon, sa famille, les entretiens pour la prise de décision, le receveur, la procédure pour le prélèvement des organes, la préparation de la greffe.

En revanche je n'ai pas aimé découvrir la vie des personnages qui gravitent autour de Simon tels que les médecins et surtout l'infirmière. J'aurais dû sauter les chapitres la concernant car de mon point de vue cela n'apporte rien à l'histoire.

En fait, je suis déçue de ne pas avoir tout aimé de ce livre, car les passages de grande émotion sont vraiment magnifiques.

Cela donne un avis moyen, cela aurait pu être un coup de cœur s'il n'avait été pondéré par les bémols évoqués précédemment.

 

    Livre emprunté à la

          images.jpg

 

 

Partager cet article

Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 16:50

                                                 

Quatrieme de couverture :
Un jour, Isis, fragile adolescente, entre dans la librairie de Monsieur H. pour demander son chemin, griffonne un plan, et, cédant à la tentation, dérobe le beau stylo-plume de cet homme taciturne. Passant alors de main en main, l'objet nous entraîne à la rencontre d'étonnants personnages : Isis elle-même, et ses journaux intimes peu communs ; Paul, jeune homme faussement ordinaire, s'égarant de soirées arrosées en nuits décousues ; Sybille, «bibliovore» obèse qui s'est ensevelie sous la graisse au fil des ans ; Emma, trentenaire rangée cachant une ancienne fêlure ; Roman Hipser, écrivain reconnu...

Et ce n'est qu'à la fin de cette ronde captivante et pleine d'humour que se révèle le sens du roman, de ce Tour de plume à la saveur douce-amère, qui sait si bien tisser des liens entre l'amour des livres et les blessures des hommes.

 

Mon avis :
Un stylo passe entre les mains de plusieurs personnages, le point de départ est un libraire pour arriver jusqu'à un auteur à succès. 
C'est un peu le principe du
Chapeau de Mitterrand dans le livre d'Antoine Lorain que j'avais apprécié et je n'aime pas trop retrouver le même procédé dans plusieurs romans.

Le temps m'a paru long avec certains personnages, en revanche d'autres m'ont vraiment touchée par exemple Sybille la femme obèse entourée de ses livres. 

Concernant l'humour promis dans la quatrième de couverture je repasserai... et pour la saveur douce-amère je suis d'accord.

A la fin de ce roman la boucle est bouclée avec une petite surprise en prime.

Le résumé me laissait espérer mieux, tant pis.
 

      Livre issu de ma 

         

 


                Objet

 

 

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 09:44
Le prix Audiolib 2015 est lancé !

.

Ca y'est le prix Audiolib 2015 démarre et les membres du jury, dont je fais partie, vont bientôt recevoir les premiers titres à écouter. Cliquer sur le logo pour avoir tous les détails.

Voici la sélection de livres que nous allons découvrir avant fin mai 2015.

 
Le prix Audiolib 2015 est lancé !

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 11:23

                                                  

Quatrième de couverture :
Accueillie dans ce monde par une flopée d'injures, la petite Janie Ryan est vite projetée au milieu de cris, de fumées de cigarettes, de vapeurs d'alcool, mais aussi de beaucoup d'amour.

Dans une langue saisissante et originale, elle remonte à ses premiers jours pour nous raconter sa jeunesse écossaise, de centres d'accueil en HLM minables et autres bed and break-fasts douteux... Alcool, drogue, fins de mois difficiles et beaux-pères de passage : rien ne lui est épargné. Mais, toujours prête à en découdre, Janie se débat, portée par un humour féroce et la rage de se construire une vie correspondant à ses attentes.

Kerry Hudson réussit ici l'exploit d'être à la fois drôle et triste, tendre mais jamais larmoyante. Un premier roman ébouriffant, comme son héroïne.

 

Mon avis : 
J'ai du mal à dire si ne n'ai pas aimé ce livre à cause de son écriture ou à cause de l'histoire.

Dès le début le langage est très vulgaire, alors bien sûr c'est un monde dans lequel les mots sont durs. C'est une petite fille qui raconte son histoire et ces mots-là dans cette petite bouche sont assez dérangeants. L'écriture (ou la traduction) est par ailleurs assez simpliste. 

Je me suis accrochée mais j'ai fini par survoler cette histoire dans les grandes diagonales. 

Raclées, coups, vulgarité, insultes, je crois vraiment que ce ne sont pas ces faits qui m'ont gênée car j'ai déjà aimé des livres qui racontaient de telles situations.

La petite Janie est pourtant attachante mais il a manqué un je ne sais quoi pour que j'accroche à cette histoire.  

 

Ce roman fait partie de la sélection pour le prix Cezam 2015.

 

   Livre emprunté à la

          images.jpg
 


                 Musique
En musique une note peut être piquée
 

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 14:05

                                          

Quatrième de couverture :
Calcutta, 1916. Dès leur naissance, les jumeaux Sheere et Ben sont séparés par un drame. Sheere est confiée à sa grand-mère et Ben mis à l'abri dans un orphelinat, où il va grandir, entouré de six fidèles amis avec qui il fonde une fraternité secrète : la Chowdar Society.

Le jour même de leurs seize ans, Ben et sa sœur sont enfin réunis ; mais une ombre maléfique se déchaîne alors. Quelle est cette force qui s'attaque ainsi aux jumeaux ?
Une fois encore, la fraternité va serrer les rangs autour de Ben, et de sa sœur, et s'enfoncer avec eux dans le dédale des ruines métalliques de la gare de Jheeter's Gate...

 

Mon avis : 

Ce livre est le deuxième tome de la trilogie de la brume dont j'avais beaucoup aimé le premier volume Le prince de la brume.

J'ai moins aimé cette histoire, la partie fantastique m'a moins plu que dans le tome précédent, c'était sans un peu "trop" pour moi. Train fantôme et force maléfique, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé.

En revanche j'ai aimé l'histoire de ces jeunes qui avaient créé un club secret et qui restent solidaires dans leurs aventures.

Cette lecture a aussi été pénalisée par la terrible actualité du mois de janvier, je n'avais pas trop l'esprit à ce que je lisais.

J'ai quand même envie de lire le troisième avec l'espoir de retrouver l'enthousiasme ressenti avec le premier titre de la série.

 

 

     Livre du club de lecture
          avec mes copines

             

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture