25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 23:05
Quatrième de couverture : 
Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses au trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer à la partie ultime. Celle de ce jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, seulement le nom : Paranoïa.

Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle numéro 1 : Quoi qu'il arrive, rien de ce que vous allez vivre n'est la réalité. Il s'agit d'un jeu.

Suivie, quelques heures plus tard, de la règle numéro 2 : L'un d'entre vous va mourir.


 

Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, quand Ilan découvre des informations liées à la disparition toujours inexpliquée de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à établir.

Paranoïa peut alors réellement commencer...

Mon avis : 
Franck Thilliez a un certain talent pour créer les ambiances oppressantes. Dès le début le ton est donné avec la découverte d'un carnage dans un chalet de montagne. 
Le lecteur fait ensuite la connaissance d'Ilan et Chloé les personnages principaux de cette aventure, l'un comme l'autre ils ont l'obsession du jeu et plus particulièrement de la chasse au trésor. 
Cette chasse est un jeu mais poussé à de telles extrémités que cela peut devenir un cauchemar. Où est la réalité, quelle est l'illusion ? 

Ilan cherche des réponses sur son passé, sur la mort de ses parents, il a des doutes sur l'intégrité de sa mémoire.

Tout ceci est très bien mené, et si ce n'est une petite impression de longueur aux deux tiers du livre, j'ai vraiment dévoré ce livre mais pour rien au monde je n'aurais voulu faire partie du jeu !

 

Livre emprunté à la 
     images.jpg
 17/18    

Catégorie objet
   

Partager cet article

Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 23:03

    

Quatrième de couverture : 
Une comédie policière en hommage aux romans d'aventure d'Arsène Lupin.

1912. Un grand hôtel particulier de la banlieue parisienne. Trois tableaux. Un vol. Un mystère.

Une histoire en deux tomes.

Mon avis : 
Il faut vraiment avoir les deux tomes de cette histoire sous la main avant de la commencer car dans le tome 1 tout se met en place et les rebondissements arrivent dans le tome 2.

J'ai aimé l'ambiance un peu démodée de cette histoire policière du début du siècle (précédent !).

La belle Alma est revenue en France et retrouve sa famille dont Séraphine, sa nièce, amoureuse des livres. Mais un vol de tableaux a lieu dans la belle maison de son frère. 
J'ai aimé le personnage d'Alma qui est plutôt une femme libérée pour son époque, elle voyage, elle conduit, elle fait du sport. Sa nièce Séraphine a toujours le nez dans les livres, elle est en admiration devant sa tante.
Le papy sénile profite toujours de l'inattention de sa famille pour tenter des escapades. 
Il est aussi question de lettres d'amour anonymes, d'un professeur de piano, d'un inspecteur un peu coinçé.

Une petite histoire vraiment sympathique avec un changement de rythme apprécié dans le deuxième tome.

 

L'avis de Noukette.

 

BD empruntées à la 
     images.jpg
  
       Ile de France

     Catégorie bâtiment

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 23:09
Quatrième de couverture :
Qui a tué Ifan Evans? Si personne ne croit Gwenni, douze ans et demi, lorsqu'elle affirme pouvoir voler ou entendre la terre chanter, la fillette est cette fois-ci déterminée à prouver ses talents... de détective. Même s'il lui faut pour cela remonter les secrets de famille de son petit village du pays de Galles, au risque de dévoiler des drames bel et bien enterrés.


À la croisée du conte et du polar, de l'enfance et du crime, une virée ensorcelante, fraîche et poétique au coeur des années 1950.

Mon avis : 
A l'époque de la sortie de ce livre il m'avait semblé avoir lu de bons avis, des avis très positifs. Je fondais donc de bons espoirs sur cette lecture... et c'est bien ça le problème, je pense que j'en attendais trop. De plus la quatrième de couverture parle d'une enquête qui a à peine commencé aux deux tiers du livre.

C'est lent, on découvre la vie des gens du village, la vie d'une petite fille un peu originale, il est beaucoup question de la fête paroissiale et d'un renard mort. 

J'ai persévéré quand même mais au bout d'un moment ce n'était plus possible, je n'avais vraiment plus envie de m'y remettre. 

Ce que j'ai préféré dans ce livre c'est donc la couverture !

 

Livre issu de ma 

       Catégorie matière

 

Partager cet article

Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 23:05
Quatrième de couverture :
Une nuit à Londres, Lula Landry, célèbre mannequin, est retrouvée défenestrée. Son frère, John Bristow, ne croit pas au suicide et contacte Cormoran Strike, détective privé.
Strike est un homme à la dérive : il a perdu une jambe à la guerre et sa vie est un désastre. Chargé par Bristow d’enquêter sur la mort de Lula, il se résout à plonger dans les eaux glauques que dissimulent les paillettes de la vie noctambule.
Trahisons, secrets, vengeance émergeront peu à peu jusqu’à l’explication finale.

Avec son intrigue haletante et sa galerie de personnages plus vrais que nature, L’Appel du Coucou, premier volet des aventures du détective Strike, s’inscrit dans la tradition du grand roman policier classique illustrée par Ruth Rendell et P.D. James.

Mon avis : 
Le lecteur de ce livre audio, Lionel Bourguet, est vraiment formidable. Il est très fort pour faire les différentes voix sans forcer et sans avoir l'air ridicule. J'ai de loin préféré le lecteur à l'histoire.

Contrairement à ce qu'en dit la quatrième de couverture, je n'ai pas trouvé cette intrigue haletante. J'ai bien aimé le personnage du détective, Stryke est un homme blessé dans tous les sens du terme, j'aurais aimé que Robin sa secrétaire ait une place plus importante dans cette histoire.
Cette enquête est principalement constituée des rencontres que provoque Stryke pour trouver la solution sur la mort de Lula, meurtre ou suicide ? 
Stryke épluche toutes les dépositions, remonte toutes les pistes. 

J'ai passé un bon moment d'écoute mais j'aurais vraiment aimé un peu plus de rythme dans cette histoire, il n'y a pas assez d'action.

 


avec Enna, Sylire, Gwenaelle,
Saxaoul, Sophie/vicim
 

Catégorie animal

 

Partager cet article

Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 23:05
Quatrième de couverture :
L'expédition scientifique de l'Astrofant dans les contrées antarctiques était de calibre standard, avec au programme un petit supplément ludique : envoyer dans le ciel de minuit le 31 décembre 2000 un feu d'artifice depuis le pôle Sud pour célébrer l'avènement du nouveau millénaire. Du gâteau.
Prétendre que tout a dérapé sur les pentes d'un iceberg quelconque serait trop facile - et très en-deçà de la vérité.
Mika Biermann est parvenu à retracer la chronique de cette nef des dingues dans un récit polyphonique parfaitement givré qui inaugure d'éblouissante manière le roman d'aventures du XXIe siècle.

Mon avis :
Quelle est la part de vérité, quelle est la part d'invention ? Peu importe, j'ai apprécié cette lecture. Basée sur la véritable histoire de l'expédition de l'Astrofant dans l'Antarctique.
Ce récit a différentes origines : le chef de l'expédition, les carnets du cuisinier, le journal du 1er officier.

L'aventure et ses péripéties commencent sur les chapeaux de roue et j'ai accroché rapidement à cette histoire. "En seulement quelques jours, l'Antarctique, fidèle à sa réputation, nous avait menés au seuil de l'anéantissement" p.24

Mais quel froid !!!!! Les scènes en extérieur sont ... glaçantes. L'explication de l'évolution de la température corporelle (vers le bas bien sûr) et ses conséquences sont terribles.

J'ai beaucoup aimé le récit du cuisinier qui est très humoristique et ironique. Il est, la plupart du temps, bien au chaud dans sa cuisine. "Je ne sais pas quel est l'idiot qui s'est occupé des courses, mais je n'ai trouvé que des paquets de nouilles alphabet. Quand on disséquera nos cadavres, le médecin légiste pourra probablement lire l'avenir dans nos entrailles" p.31

Il est clair que ceux qui rentreront de cette expédition ne seront pas intacts physiquement ni même psychologiquement.

Cette aventure est rythmée, le livre est assez court et je n'en ai fait qu'une bouchée.

Je n'aurais certainement jamais lu ce livre s'il n'avait fait partie de la sélection pour le prix littéraire Inter-CE (Cézam). Je l'ai emprunté sans conviction aucune, persuadée que ce serait encore un abandon... Comme quoi ! 

 

Livre emprunté à la 
     images.jpg


Catégorie couleur

 

 

Partager cet article

Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 23:06
Quatrième de couverture :
Brownsburg, Virginie, 1948.

Une petite ville paisible, aux maisons bien alignées. On y vit en bon voisinage, dans la crainte de Dieu et le respect des convenances. Le soir, sous les vérandas, on boit du thé glacé. Quand arrive un vagabond...
Au volant d'un vieux pick-up déglingué, il s'appelle Charlie Beale et s'attire vite l'affection générale. Celle d'un enfant, d'abord, puis l'amour d'une femme mariée...
La passion vient d'entrer dans Brownsburg, emportant avec elle ce qui pouvait rester de pureté et d'innocence...

Mon avis : 
J'écris très souvent mes billets de lecture "à chaud" et depuis quelques jours je traîne à écrire celui-ci.
J'ai aimé cette histoire où l'ambiance s'installe peu à peu, Charlie, le vagabond, prend progressivement sa place dans le village.
Il n'a pas l'air bien méchant mais j'aurais vraiment aimé en savoir plus sur son passé, sur cette valise pleine d'argent. 
Charlie crée une belle relation avec le petit Sam mais cela m'a un peu dérangée qu'il le mêle un peu trop à une histoire qui ne concerne pas les enfants. 
Ce vagabond se rend attachant malgré tout et la tension montant peu à peu il est de plus en plus difficle de lâcher ce livre.
J'ai aimé être émue par la fin de l'histoire.

Un bon moment de lecture.

 

Livre issu de ma 

       Catégorie verbe

 

Partager cet article

Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 23:09
England and Scotland in the 1500s. Two famous queens: Mary, the Catholic Queen of Scots, and Elizabeth I, the Protestant Queen of England. It was an exciting and a dangerous time to be alive - and to be a queen. Mary was Queen of Scotland when she was one week old. At 16, she was also Queen of France. She was tall and beautiful, with red-gold hair. Many men loved her and died for her. But she also had many enemies - men who said: "The death of Mary is the life of Elizabeth."

Mon avis : 
Pas de panique je ne vais pas écrire mon billet en anglais ! 

Pour ma première expérience de lecture audio en anglais, j'ai passé un excellent moment. Premièrement parce que ce texte est très facile et j'ai vraiment tout compris, mais aussi car l'histoire de Mary est vraiment incroyable et touchante.

Elle est déjà reine très jeune, puis veuve très jeune, mais il lui faut absolument un descendant et le mari qu'elle va choisir ne sera pas d'une grande aide à ses côtés.

Elle sera séparée de son fils et au seuil de sa vie elle lui écrit pour qu'il sache ce que fut réellement la vie de sa mère.

Cette histoire est très touchante et j'ai passé un excellent moment.

 

Livre prêté
par 
Sylire.
   Merci !       


  Chez Valérie

      Catégorie prénom


Livre audio en VO avec Mrs B.

Partager cet article

Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 23:09

Quatrième de couverture :
Avec
L’Aigle..., l’auteur raconte le destin sublime d’Amédée Fario, dans les années 1910, qui courut amputé de ses orteils.

Avec Pain d’alouette, c’est le récit, dans les années 1930, de «l’enfer du Nord» et celui de l’enfer de la mine, les deux intimement liés, où l’on suit une autre destinée peu banale, celle de Reine Fario, la fille… de «l’Aigle sans orteils» !

 

Enfin, avec L’Écureuil du Vel’d’Hiv, Christian Lax sublime une amitié fraternelle pendant les années noires de l’Occupation. Avec cette trilogie, en définitive, Christian Lax raconte le vélo comme la métaphore de la souffrance et de la dignité des humbles…
 

Mon avis : 

Ces trois histoires sont rassemblées dans un seul volume, du coup il est un peu lourd, je préfère avoir un ouvrage plus léger entre les mains.

T1 L'aigle sans orteils
J'avais déjà lu cette histoire et j'ai eu plaisir à la redécouvrir. Amédée, le héros, est impressionnant de volonté et de ténacité.
Il faut bien dire que dans les années 1910 les vélos n'avaient pas grand chose à voir avec ceux des champions actuels, les jantes étaient en érable, les pneus en boyaux et les étapes du Tour de France dépassaient allègrement les 300 kilomètres.
Mais Amédée est un passionné, son histoire est très prenante. Il va participer plusieurs fois au Tour de France puis la guerre arrive...
C'est mon histoire préférée des trois que contient ce livre.

T2 Pain d'alouette
Cette fois-ci nous sommes dans les années 1930, j'ai eu un peu plus de mal à entrer dans cette histoire car on suit les personnages du premier livre (dans les Pyrenées) et d'autre part on suit de nouveaux personnages dans le Nord. Il va bien sûr y avoir des recoupements entre les deux et j'ai finalement passé un bon moment.
17 heures sur un vélo !!!!! Les pavés mythiques du Paris-Roubaix dans les paysages du Nord de ma jeunesse, les chutes et toujours cette ténacité incroyable des coureurs.

T3 L'écureuil du Vel'd'hiv
Ce troisième tome est indépendant des deux autres puisqu'on ne retrouve plus du tout les mêmes personnages.
Il est question de cyclisme bien sûr mais aussi de journalisme, de censure, de déportation, de chantage. L'auteur nous transporte dans les années 1940 et dans le fameux et tristement célèbre Vel'd'hiv. 
J'ai beaucoup aimé la belle relation fraternelle entre Sam et Eddie, Sam le cycliste et Eddie le petit frère qui devient journaliste.

J'ai passé un bon moment avec cette trilogie qui donne envie de se remettre à faire du vélo (après l'hiver...) ! 

BD du club de lecture
   avec mes copines

       


     Catégorie bâtiment

 

Partager cet article

Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 23:09
Quatrième de couverture :
Entre le Canada et la France, la reconstruction d'une femme trahie. 

Anaba Rivière, une Française d'origine amérindienne, s'apprête à épouser Lawrence Kendall, un brillant avocat canadien. Le jour du mariage, devant le Palais de Justice de Montréal, Anaba et sa soeur Stéphanie attendent en vain le marié. C'est son témoin et ami Augustin, auteur de romans policiers, qui annonce à la jeune femme la mauvaise nouvelle : Lawrence a eu peur de s'engager et a subitement quitté la ville. 

Anéantie, Anaba rentre en France et s'installe chez sa soeur, antiquaire en Normandie. Peu à peu, la jeune femme se bâtit une nouvelle vie... 
À Montréal, Lawrence est aux abois. Il perd son poste dans le prestigieux cabinet d'avocats où il travaillait, puis doit se résoudre à vendre son duplex pour payer ses créanciers. Mais, surtout, pas un jour ne se passe sans qu'il pense à Anaba. Il l'aime toujours, mais comment revenir à elle ? Pourra-t-elle un jour lui pardonner et accepter de le revoir ? Commence alors pour lui une longue descente aux enfers...

Mon avis : 
Je crois que je deviens un peu difficile, car ce livre est vraiment facile à lire et pourtant il ne m'a pas tellement plu. Je l'ai trouvé trop facile, trop prévisible et j'ai même accéléré à certains moments.

Si j'ai continué c'est parce que les personnages sont attachants (sauf le fiancé super lâche qui ne vient pas à son propre mariage) mais il m'aurait fallu plus de piment, plus de rebondissement, c'était un peu fade à mon goût.

Pourtant de cet auteur j'avais aimé Le testament d'Ariane et Dans les pas d'Ariane.

Rendez-vous manqué pour ce livre, tant pis.

 

Livre du club de lecture
   avec mes copines

       

 

 

Partager cet article

Repost0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 23:05
Quatrième de couverture :
Comme chaque année en été, un chauffeur de bibliobus entreprend sa tournée des petits villages de la Côte-Nord québécoise. Broyant du noir, il n’est pas loin de penser que ce sera la dernière.
C’est compter sans la toute-puissance du destin, qui se manifestera à travers Marie. La tournée d'automne
 est le récit, tout en nuances et en douceur, de la rencontre entre un homme et une femme et ne dit au fond qu’une chose : la vie, têtue et forte, aura toujours le dessus.

Mon avis : 
Ce livre raconte une histoire qui se déroule tranquillement, au rythme de ce bibliobus qui se déplace dans le nord du Québec.

Le chauffeur, qui sera appelé ainsi tout au long de l'histoire, n'a pas un super moral, il envisage même d'arrêter après cette tournée. Et pourtant il est véritablement amoureux des livres qu'il transporte, il fait étape dans différents lieux et les livres vont voyager au sein de réseaux de lecteurs.

Et il y a Marie, rencontrée au début de cette tournée, Marie avec laquelle il a beaucoup de goûts en commun, Marie qu'il va découvrir au fil de sa tournée. Leur découverte l'un de l'autre se fait tout en douceur.

Cette histoire donne envie de découvrir le Québec, elle donne envie de lire, elle donne envie de partager les livres. 

Ce livre était depuis très longtemps dans mes envies de lecture, cette envie s'est enfin concrétisée.

 

Livre issu de ma 

 Catégorie moment/temps

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture