19 janvier 2019 6 19 /01 /janvier /2019 18:36

...

 

Quatrième de couverture :
Anouk, trentenaire parisienne enfermée dans la routine, apprend le décès de sa soeur.
Pire encore, celle-ci l'a désignée tutrice de Colette, 7 ans, ceinture noire de maturité et d'espièglerie.
Alors que la jeune femme craint de se faire dévorer par la responsabilité de cette enfant inattendue, la petite fille va révolutionner ses certitudes.
Sera-t-elle à la hauteur de cette relation ?

Mon avis :
Je connaissais un peu Mathou, la dessinatrice, par ses dessins vus ici ou là sur internet. Et en plus elle est angevine.
Je me suis empressée de réserver cette BD à la bibliothèque dès qu'elle a été mise en rayon.

Cette BD nous raconte une histoire toute tendre, un peu triste mais surtout pleine de douceur. La petite Colette n'a pas la langue dans sa poche pour aider Anouk sa tante à s'occuper d'elle.

Elles vont apprendre à se connaître mais Anouk va devoir faire des choix de vie, le chemin va être parcouru petit à petit.

Une jolie découverte !

BD empruntée à la

 

Catégorie prénom

 

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2018 7 16 /12 /décembre /2018 11:28

...

 

Quatrième de couverture :
Roissy. Sans cesse en mouvement, tirant derrière elle sa valise, la narratrice de ce roman va d'un terminal à l'autre, engage des conversations, s'invente des vies, éternelle voyageuse qui pourtant ne montera jamais dans un de ces avions dont le spectacle l'apaise. 

Arrivée à Roissy sans mémoire ni passé, elle y est devenue une « indécelable » - une sans domicile fixe déguisée en passagère -, qui a trouvé refuge dans ce non lieu les englobant tous. S'attachant aux êtres croisés dans cet univers fascinant, où personnels navigants ou au sol côtoient clandestins et laissés-pour-compte, instituant habitudes et rituels comme autant de remparts aux bribes de souvenirs qui l'assaillent et l'épouvantent, la femme sans nom fait corps avec l'immense aérogare. 

Mais la bulle de sécurité finit par voler en éclats. Et quand un homme, qui tous les jours vient attendre le vol Rio-Paris - le même qui, des années auparavant, s'est abîmé en mer -, tente de l'aborder, elle fuit, effrayée. Comprenant, à sa douceur et à son regard blessé, qu'il ne lui fera aucun mal, elle se laissera pourtant aller à la complicité qui se nouera entre eux. 

Magnifique portrait de femme rendue à elle-même à la faveur des émotions qui la traversent, Roissy est un livre polyphonique et puissant, qui interroge l'infinie capacité de l'être humain à renaître à soi et au monde.

 

Mon avis : 
Je n'avais rien lu sur ce roman avant de le commencer et j'ai eu bien raison. Visiblement très bien documenté car j'ai retrouvé les mêmes informations dans l'article dont je mets le lien en fin de mon billet "La vie secrète des SDF de Roissy". 

L'auteur s'attache plus particulièrement à l'une d'entre eux. Elle est mystérieuse, elle a tout oublié jusqu'à son prénom, des bribes lui reviennent parfois.

Le suspense est bien entretenu, tout est parfaitement décrit et on s'y croirait vraiment.

Une bien belle découverte !

Roman emprunté à la

 

...

 

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 18:24

...

 

Quatrième de couverture :
Dans la droite lignée du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, un premier roman plein de charme et d'humour british, véritable ode à l'amitié, à la générosité et au courage des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Devenir correspondante de guerre, partir sur le front, braver tous les dangers, Emmy ne rêve que de ça. Mais pour l'instant, cette jeune assistante de rédaction évolue sur un tout autre champ de bataille : le bureau-cagibi du Woman's Friend, magazine féminin poussiéreux. Ici, l'ennemi c'est Mrs Bird, la rédactrice en chef, plus revêche et insaisissable que toutes les forces de l'Axe réunies... 

La mission d'Emmy est pourtant simple : répondre aux courriers des lectrices. Mais attention, seules les demandes les plus vertueuses se verront offrir une réponse, de préférence expéditive, dans les colonnes du journal. Problèmes amoureux, opinions politiques, questions intimes ou morales finiront Impitoyablement leur course dans la corbeille. Un cas de conscience pour Emmy : alors que le pays sombre sous le Blitz, comment refuser à ses concitoyennes restées à l'arrière le soutien amical qui leur manque ? 

Emmy a un plan, et il est diablement culotté... N'en déplaise à Mrs Bird, l'heure de la résistance féminine a sonné !

Mon avis : 
Emmy est une jeune femme dégourdie qui veut son indépendance à une époque où les femmes n'ont que peu de droits. Elle est très contente d'avoir trouvé un travail dans un journal mais va avoir des surprises.

Elle est pleine de bon sens et de répartie, elle m'a souvent fait sourire.

Certains passages de ce roman sont aussi très tristes, très touchants. Il est assez rare que j'aie la larme à l'œil durant une lecture.

Le contexte historique est très bien raconté et notamment les passages sur les bombardements de Londres, on s'y croirait, on frémit.

Une belle histoire d'amitié, d'amour, de relations humaines.

Roman emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2018 7 02 /12 /décembre /2018 19:24

...

 

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
« Tout quitter pour retrouver goût à la vie. » 
Lily apprend qu'elle est enceinte. Pile au moment où son compagnon lui annonce son départ en tournée avec son groupe et lui demande de s'occuper de Balthazar, son neveu, qui arrive du Canada. Lily tente d'apprivoiser ce gamin qu'elle n'a jamais vu et qui traîne avec lui la tristesse de la séparation de ses parents. 
(...)

Mon avis : 
Une bien jolie BD, une histoire touchante empreinte d'humanité, d'écoute, de sensibilité, de relations chaleureuses.

Lily va faire plusieurs rencontres qui vont la faire réfléchir sur sa vie, sur ce qu'elle veut, elles vont la faire grandir.

Une belle brochette de personnages de différentes générations et des liens qui se tissent petit à petit.

Je pense que vous avez compris que j'ai beaucoup aimé cette BD.

 

BD empruntée à la

 

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2018 1 19 /11 /novembre /2018 19:10

...

 

Quatrième de couverture :
"Petite mère" ! C'est le surnom de Brenda qui a passé toute son enfance à s'occuper seule de sa maman. Mais un jour, ce fragile équilibre familial est menacé par la rencontre amoureuse de la maman... Face à cet homme qui devient son bourreau, Brenda devra choisir entre protéger sa famille ou survivre...

Mon avis :
Waouh !..... Une BD lue d'une seule traite sur un sujet qui n'est pas facile, la maltraitance des enfants.

J'ai beaucoup aimé la construction de cette BD, les dessins, les personnages.
C'est tellement réaliste et hélas tellement réel pour de nombreux enfants.

C'est dur, c'est violent, ça va loin, le cœur se serre au fil des pages. 

J'ai emprunté cette BD car j'ai été attirée par la couverture, je n'ai pas lu le résumé et je pensais découvrir une histoire toute douce car la couverture ne laisse pas deviner le sujet abordé. 

Je vous la conseille !

BD empruntée à la

 

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2018 3 14 /11 /novembre /2018 19:36

...

 

Quatrième de couverture :
Homme physique atypique cherche femme rigolote pour relation sérieuse.

Mon avis : 
Une BD qui pointe du doigt la solitude amoureuse de nombreux agriculteurs. C'est touchant.

Une BD qui m'a fait penser à mes collègues qui regardent "L'amour est dans le pré"... sans commentaire...

Une BD qui amène le sourire aux lèvres du lecteur mais pas seulement, elle est aussi assez émouvante sous un premier aspect un peu humoristique.

Une BD dont j'ai aimé la conclusion pleine de tendresse.

BD empruntée à la 

 

Catégorie déplacement/moyen de transport

 

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2018 4 08 /11 /novembre /2018 18:01

...

 

Quatrième de couverture :
Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer. 

Inexorables, 
les conséquences des mauvais choix d'un père. 

Inexorable, 
le combat d'une mère pour protéger son fils. 

Inexorable, 
le soupçon qui vous désigne comme l'éternel coupable. 


Inexorable, 
la volonté de briser enfin l'engrenage... 

Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants. 

Mon avis : 
Une couverture sombre pour une histoire qui l'est tout autant.
Le cœur du lecteur se serre au fur et à mesure des déboires du petit Milo à l'école, il est violent depuis un événement traumatisant pour un petit garçon de quatre ans. 
Toute la famille va se retrouver prise dans cet engrenage de violence, mais qui est le vrai coupable ? 
Milo est broyé, détruit, et en même temps il est attendrissant, va-t-il réussir à se sortir de tout ça. Sa maman va-t-elle pouvoir l'aider ? Celle-ci est tiraillée entre l'amour de son fils et la colère qui augmente en même temps que l'âge de Milo.

Je l'ai dévoré ce livre, en moins de 24 heures, difficile de s'arrêter quand on veut savoir jusqu'où va aller cette violence, la destruction de la vie des personnages. Ceux-ci sont très bien décrits et on suit sans peine l'évolution de leur ressenti, de leurs émotions.

Jusqu'où serais-je prête à aller pour mes enfants ? J'en ai déjà une idée suite à du vécu mais cela concerne aussi les pères quand ils sont présents.

La préface du fils de l'auteur est très belle !

Merci à Babelio

tous les livres sur Babelio.com

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2018 2 23 /10 /octobre /2018 18:13

...

 

Quatrième de couverture :
"La personne qui aime est toujours la plus forte."

Mon avis :
Roman emprunté le matin à la bibliothèque et dévoré, l'après-midi même, en à peine deux heures au soleil d'octobre. C'est d'ailleurs le point commun avec les deux derniers romans que j'avais lus de cet auteur Tuer le père en 2011 (ici) et Barbe bleue en 2012 (ici), je les lis d'une traite.

Amélie Nothomb sait y faire pour m'accrocher dès le début et ensuite je ne m'arrête plus.

J'ai aimé la construction de ce roman. Un chapitre qui donne le ton. Puis on passe tout à fait à autre chose jusqu'au dernier tiers du livre qui permet de tout comprendre. 

C'est prenant parce qu'il est question d'amour mais aussi de haine, et dans une famille les deux se côtoient parfois. Ici, la famille en question est un peu particulière. Le papa, la maman et la fille. Amour, haine, sentiments incompris, un "joyeux" mélange...

Tout s'enchaîne sans temps mort, et cette lecture au soleil a donné lieu à une pause bien agréable.

 

Roman emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 18:22

...

 

Quatrième de couverture :
Et voilà que les choses, curieusement, lui apparaissent sous un autre jour, décalées : comme s'il avait suffi d'un rien, d'un léger déplacement, pour qu'elle ressente une tendresse nouvelle, étrangement poignante. 
Une tendresse pleine de questions. C'est elle qui n'avait rien compris. 

Marie Sizun décrit, avec sa sensibilité douce et ardente, quelques jours essentiels dans la vie d'une femme qui, après trente-cinq ans d'absence, revient à Paris sur un passé habité de secrets et hanté par un violent amour de jeunesse. Elle nous parle des sortilèges de la mémoire et du fragile mystère des êtres.

Mon avis : 
Quelle belle surprise !
Les mots de Marie Sizun m'ont emportée dans les souvenirs de son héroïne Hélène, Ellen, Léna, .... Celle-ci est troublée par ses sensations, par ce qu'elle ressent dans cet appartement qu'elle a quitté il y a trente-cinq ans.

C'est un livre d'ambiance, de passé qui remonte à la surface, de mémoire qui se libère. 

Très bien écrit et touchant. 

 

Roman emprunté à la

 

Catégorie déplacement/moyen de transport

 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2018 3 05 /09 /septembre /2018 15:55

...

 

Quatrième de couverture :
Deb et Keller se retrouvent chaque année au coeur des eaux froides de l'Antarctique pour étudier les manchots empereurs et les Adélie. Dans ce bout du monde entouré de glaciers et d'icebergs, ils oublient pour un temps les chagrins de leurs vies. Mais l'Antarctique, comme leur amour, est fragile et menacé. 

Une nouvelle saison commence. Au moment de lever l'ancre, Keller n'est pas à bord du Cormoran, le bateau qui doit les conduire à la station de recherche. 

Peu après, le Cormoran reçoit un signal de détresse d'un paquebot de croisière prisonnier des glaces... 

Un voyage inoubliable aux confins du continent blanc, territoire à la beauté âpre où le moindre faux pas peut se révéler tragique.

Mon avis : 
J'ai commencé ce livre avec un peu d'appréhension et pourtant l'amie qui me l'a prêté l'avait beaucoup aimé. J'avais peur qu'il y ait trop de descriptions de paysages, d'animaux, de glace...

En fait pas du tout, il y en a un peu bien sûr mais c'est surtout l'histoire de personnes passionnées par l'Antarctique. A tel point qu'elles y vont tous les ans pour plusieurs mois, à tel point qu'il leur est difficile de construire lur vie les autres mois de l'année. 

On suit notamment Deb et Keller, dans le présent mais aussi dans le passé plus ou moins proche. Et c'est ce qui donne du rythme à l'histoire.  

Au final c'est donc une bien belle découverte ! mais gla gla gla il ne fait pas bien chaud dans ce roman.

 

Roman prêté par une amie
Merci Florence !

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture