7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 04:20

La reine des mots

Quatrième de couverture :

"Je m'appelle Jenny et, depuis quelques temps, je pars en vrille. Avant tout allait bien et maintenant tout va mal, tout va de pire en pire, je coule ! J'ai inondé mon lycée (on va dire que c'était presque involontaire), déclenché l'alarme incendie, je sème les catastrophes partout où je passe... Evidemment, mes parents paniquent. Ils se sont mis dans la tête de m'emmener voir un psy ! Me voilà face à ce type. Mais qu'est-ce que je fous là ? Il me dit que je ne suis pas folle (mais j'espère bien !). Il veut essayer de m'aider. Bon courage..."  

Mon avis :

Jenny est lycéenne, elle ne peut s'empêcher de faire des bêtises, elle ne veut pas mais son corps l'entraîne, elle ne peut résister. "Je me passe les mains sur le visage. Il faut que je me calme ! Ce n'est rien, c'est comme quand on trébuche et qu'on enchaîne des pas maladroits, il suffit juste que je retrouve l'équilibre, les idées claires, la raison... J'ignore ce que j'ai perdu mais je dois absolument le retrouver et redevenir moi-même." p.71

On découvre peu à peu le pourquoi du mal-être de Jenny, elle a une façon amusante de raconter les choses, elle est bien sûr la reine des mots et j'ai beaucoup apprécié cette façon de raconter. "J'ai une question, mais je n'ose pas la poser de peur que ça ne fasse encore toute une histoire. Bon, je vais me la poser à moi-même, dans ma tête, sans déranger personne : qu'est-ce que je fous là ?" p.82

Ce sujet sérieux est traité d'une façon qui paraît légère sans l'être et les réflexions sont profondes, ce livre destiné aux ados peut aussi faire réfléchir leurs parents.

Ce livre est très agréable à lire, cette ado en souffrance m'a parfois serrée le coeur, et je n'avais qu'un souhait : qu'elle s'en sorte, elle est attachante.

Mais elle n'est pas seule dans cette histoire, ses parents sont aussi bien présents et évidement mêlés à tout ça pour ne pas dire la cause de tout ça.

La lecture est aussi très présente car Jenny est une dévoreuse de livres, j'ai aussi beaucoup aimé ce côté de son personnage évidemment.

C'est un livre pour ados, et me trouvant du côté des parents d'ados je n'ai pas manqué de prendre quelques réflexions pour moi.

Quelques citations que j'aime dans ce livre : 
 
"Tandis qu'ils discutent tous les trois, moi, petite souris, je me glisse dans un trou de silence" p.87

"La vie c'est comme ça. On rêve de devenir Superman et on finit Scoubidou" p.105 

"Pourquoi est-ce qu'on n'y venait plus ? Pour supprimer les 'dépenses inutiles' ? Mais enfin pourquoi est-ce que personne ne veut admettre que les dépenses inutiles sont indispensables ?" p.378 

 Livre prêté par Mirontaine : Merci ! 
    PERSO1.gif

Challenge petit bac
    catégorie métier

Partager cet article

Repost0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 04:20

Je participe à la découverte d'un auteur chez Pimprenelle  

 Maxime Chattam

 

 

Le-sang-du-temps.jpg

Quatrième de couverture :

Paris, 2005. Détentrice d'un secret d'État, menacée de mort, Marion doit fuir au plus vite. Prise en charge par la DST, elle est conduite en secret au Mont-Saint-Michel.

Le Caire, 1928. Le détective Matheson consigne dans son journal les détails d'une enquête particulièrement sordide : des cadavres d'enfants atrocement mutilés sont retrouvés dans les faubourgs du Caire. Rapidement, la rumeur se propage : une goule, créature démoniaque, serait à l'origine de ces meurtres. Mais Matheson refuse de croire à la piste surnaturelle.

 À première vue, rien de commun entre ces deux époques. Et pourtant... La vérité se cache dans ces pages. Saurez-vous la retrouver ?  

Mon avis :

Je viens de me promener entre le Mont Saint-Michel et Le Caire à un rythme soutenu, mais quel est le lien entre ces deux histoires ? Ne comptez pas sur moi pour vous le révéler !

Marion arrive au Mont Saint-Michel et nous voila rapidement plongés dans cette histoire bien menée, elle a peur de s'ennuyer dans cette retraite forcée mais elle va faire une découverte qui va bien l'occuper. J'ai aimé les descriptions du Mont Saint-Michel avec des noms évocateurs : la crypte des trente cierges, le cachot du diable, la salle des chevaliers, la salle des hôtes. L'ambiance hivernale du Mont Saint-Michel est ici un peu inquiétante, tempête, vent,  portes qui grincent, des personnages plus ou moins sympathiques.

Au Caire, au contraire, il fait chaud, et Jeremy Matheson mène l'enquête sur des meurtres d'enfants, et relate tous les évènements dans un journal. Certaines scènes sont très gore et très (trop ?) bien décrites, heureusement ces passages ne s'éternisent pas. 

Au final, un livre que j'ai dévoré, je n'avais pas deviné le fin mot de l'histoire et pourtant j'avais soupçonné une chose mais sans aller jusqu'au bout de mon raisonnement, du coup je suis passée à côté de la vérité.

Mais quelle vérité ? C''est ce que vous saurez en lisant ce livre !

J'avais déjà aimé La théorie Gaïa du même auteur et maintenant j'ai bien envie de lire Le 5ème règne.

Livre issu de ma 
  imagesCAFSFWL3.jpg

 

Partager cet article

Repost0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 04:20

La main froide

Quatrième de couverture :

Pour pirater la surveillance électronique de la banque où travaille son mari Adam Smart, Dorana a besoin de deux choses : sa voix et sa main. Cela peut s'arranger, surtout lorsque, à la clef, il y a quelques millions de dollars...

 Mais elle doit, ainsi que ses complices, affronter le compagnon favori d'Adam Smart : Dust, le chien policier recueilli par le banquier. Une bête d'une intelligence redoutable, dressée à flairer et à tuer, réformée pour agressivité pathologique, «une saloperie vivante», avaient averti les flics.

 Et c'est dans un véritable cauchemar que l'auteur du Chien de minuit, Prix du roman d'aventures 1994, précipite ses personnages. Un suspense d'autant plus angoissant que la férocité de l'animal ne fait, après tout, que refléter celle des hommes...  

Mon avis :

Encore un roman de Serge Brussolo différent des autres et c'est ce que j'aime quand je lis un livre de cet auteur, ce n'est jamais pareil. Voici une histoire bien menée, avec des rebondissements jusqu'à la fin.

J'ai parfois eu des frissons pendant ma lecture, il faut dire que j'ai plutôt peur des chiens, alors celui-ci est absolument terrifiant.

On va de surprise en surprise tout au long de l'histoire et même si j'ai trouvé que c'était un peu tiré par les cheveux, il faut bien dire que ce livre se lit vraiment facilement.

Et surtout, on veut savoir le fin mot de l'histoire, et quelle histoire !

Livre issu de ma

  imagesCAFSFWL3.jpg

Partager cet article

Repost0
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 04:20

Djebel

Quatrième de couverture :

Quarante ans durant, ils ont gardé leur secret.
1960 : un jeune appelé du contingent se suicide sur le bateau du retour.
2001 : ses compagnons d'armes disparaissent un à un.
En quarante-huit heures, Sébastien Touraine et Aïcha Sadia vont découvrir que, des deux côtés de la Méditerranée, l'histoire continue.  

Mon avis :

J'ai dévoré ce livre en quelques heures, une histoire de vengeance quarante ans après des évènements qui se sont passés pendant la guerre d'Algérie.

Le rythme est soutenu et nous tient en haleine tout au long de cette histoire qui se passe sur trois jours, et même si la structure de cette enquête est assez ordinaire l'enchaînement des faits est tel que j'ai avalé ce livre d'une traite.

Certains passages liés à la guerre et aux tortures sont un peu difficiles, cette histoire nous fait vraiment prendre conscience qu'il peut toujours y avoir des conséquences même quarante ans après.

J'avais deviné certaines choses mais évidemment pas le rebondissement qui arrive une fois que l'enquête paraît terminée.  

Livre prêté par Cécile : n'hésitez pas à aller vous inscrire chez elle si vous avez envie de le lire !

    30984398_p.jpg

  Challenge petit bac

      catégorie lieu

Partager cet article

Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 04:20

  Des adhésifs dans le monde moderne

Quatrième de couverture :
Georgie a le moral en berne : son mari vient de la quitter et elle a pris du retard pour rendre ses articles à la revue Les Adhésifs dans le monde moderne. Mais quand elle rencontre Mrs Shapiro, une vieille émigrée juive excentrique qui fourrage dans sa benne à ordures, une solide amitié se noue. Peu après, Mrs Shapiro est admise à l’hôpital et Georgie, attachée à sa nouvelle amie, prend en charge sa grande bâtisse en ruine. Flanquée de sept chats malodorants, de trois artisans incompétents et de deux agents immobiliers véreux, elle découvre le passé de Mrs Shapiro et de sa maison. Elle se rend compte combien les êtres humains sont soumis aux lois chimiques de l’adhésion, et combien ils sont accrochés les uns aux autres par des liens qui se tissent tout au long de la vie. 

Mon avis :

Une vieille femme - une maison délabrée - 7 chats - un secret - des parents séparés - un ado perturbé - des agents immobiliers - des artisans et .... des odeurs à profusion.

J'ai beaucoup aimé cette histoire un peu décalée, un peu humoristique, un peu historique.

Mrs Shapiro la vieille dame à un parler tout à fait charmant, mais j'admire Georgie d'avoir pu la soutenir et s'occuper de sa maison pendant son séjour à l'hôpital, les odeurs que celle-ci renferme ont l'air absolument abominables et même pire que ça.

Les personnages de cette histoire sont variés et pittoresques, le rythme est assez soutenu et je ne me suis pas ennuyée du tout.

Je ne connaissais pas cet auteur et je suis ravie de cette découverte.

Les avis de Liligalipette et Armande.

Livre reçu dans le cadre d'un partenariat avec Babelio et Les Editions des deux terres. Merci !     

Challenge petit bac

      catégorie objet

Partager cet article

Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 04:20

Marcq ou crève !

Quatrième de couverture :
Deux flics : Schryve, cabossé par la vie, et Leroy, amoureux et dopé au rock’n roll. Un meurtre : une inconnue retrouvée sur un terrain vague. Une enquête qui dérape et qui envoie Schryve en enfer. Qui tire les ficelles ? Qui était cette fille ? Mélanie ? Aline ? Sans le savoir, Schryve a frôlé la vérité avant de sombrer. Reste Leroy. Malgré son esprit cartésien, il a du mal à recoller les morceaux d’une affaire sournoisement tordue.


Mon avis :

Escobecques et Marcq-en-Baroeul, des noms qui n'évoquent sans doute rien pour vous, mais pour moi qui suis chti d'origine cela a beaucoup contribué à mon envie de lire ce livre. Je suis allée au collège à Marcq en Baroeul près de la piscine. Bon je ne vais pas vous raconter ma vie mais vous donner mon avis sur ce livre !

L'enquête commence à Escobecques avec Shryve, flic alcoolique, divorcé, désespéré et triste. Une jeune femme assassinée : il mène l'enquête de proximité.

On enchaîne avec le lieutenant Leroy tout juste revenu dans le Nord après avoir travaillé à Paris, cette fois-ci une jeune femme a été assassinée à Marcq-en-Baroeul. Leroy s'énerve, pourquoi Schryve enquête-t-il à Escobecques ? Est-ce la même jeune femme ou une autre ?

La troisième partie les retrouve ensemble pour clore cette enquête à la fin surprenante qui m'a permis d'ailleurs de relire le prologue sous un nouveau jour...

J'ai lu ce livre rapidement, tout s'enchaîne sans temps mort, certains passages sont tragiques d'autres m'ont fait sourire. L'ensemble est assez mystérieux.

J'ai bien aimé les mémoires de Barbouille le chien qui apparaîssent de temps en temps dans l'histoire et dont on ne comprend l'intérêt qu'à la fin bien sûr !

 L'histoire est parsemée de références musicales que l'on peut retrouver sur la page facebook du livre, mon seul regret c'est de ne l'avoir su qu'à la fin du livre car cela doit être sympa de les écouter au fur et à mesure. 

Vous pouvez aussi aller sur le site du roman, j'ai beaucoup apprécié d'y retrouver les photos correspondant aux endroits où se passe cette enquête.

L'auteur a aussi écrit Bondues sans confession, encore une ville dont le nom me parle puisque j'habitais non loin de là ! 

 Livre prêté par Liliba

   PERSO1.gif

Challenge petit bac

         catégorie lieu

Partager cet article

Repost0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 04:20

L'heure trouble

Quatrième de couverture :

À l’heure trouble avant la tombée de la nuit, un enfant disparaît sans laisser de trace dans les brouillards d’une petite île de la Baltique. Vingt ans plus tard, une de ses chaussures est mystérieusement adressée à son grand-père. Qui a intérêt à relancer l’affaire ? Pourquoi toutes les pistes mènent-elles à un criminel mort il y a longtemps ? Dans une oppressante atmosphère de huis-clos, une étrange histoire de deuil, d’oubli et de pardon, hantée par les ombres du passé.

 Mon avis :

L'heure trouble : c'est le crépuscule, l'heure des histoires horribles.

Dans ce pays, le brouillard peut être terrible et le petit Jens, six ans, en fait les frais. Il se perd puis disparaît. Cela se passe en 1972 mais vingt ans après cette affaire refait surface alors que la mère ne s'est jamais remise de la disparition de son fils.

"Je ne fais pas l'intéressant dit-il. Je pense seulement qu'il vaut mieux raconter les histoires à son propre rythme. Autrefois on prenait son temps, maintenant il faut que tout aille vite." p.189
Ainsi que le dit le grand-père de Jens, cette histoire prend son temps, on suit les différents personnages qui composent cette affaire à une époque précédant la disparition de l'enfant ainsi que vingt ans après. 
Tout se met en place très progressivement, les liens se tissent et se retissent entre Julia (la maman de Jens) et Gerlof, le grand-père.

Les personnages principaux sont assez attachants et cette histoire très intrigante.

J'avais déjà beaucoup aimé L'écho des morts du même auteur et il faut que j'aille voir s'il a écrit d'autres romans car j'aime ses livres. 

Livre emprunté à la

   images.jpg

 

 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 04:20

Soldat peaceful

Quatrième de couverture :

Il s'appelle Tommo. Il n'a que dix-sept ans mais il a déjà vécu bien des choses, des joyeuses et des plus tristes. Il a passé une jeunesse heureuse avec sa mère et ses frères à la campagne, même si la vie n'était pas toujours facile.

Mais tout a changé lorsqu'il est parti pour la guerre avec son grand frère Charlie.

Cette nuit, Tommo ne veut surtout pas dormir, il veut penser à lui, à eux, à leur vie passée. Parce que demain, au petit matin, son existence va basculer pour toujours. Il veut profiter pleinement de ces dernières heures pour se souvenir, pour ne jamais oublier que rien n'est plus beau que l'amour et la fidélité, que rien n'est plus terrible que l'injustice et la guerre...

Un livre inoubliable qui retrace avec justesse l'histoire d'une famille modeste mais heureuse, soudain prise dans la tourmente de la Première Guerre mondiale et dont le destin bascule tragiquement. Un grand moment d'émotion.  

Mon avis :

Ce livre a une construction que j'ai trouvée assez originale, chaque titre de chapitre nous indique une heure qui semble signifier un décompte mais on ne sait pas lequel, jusqu'au bout, j'avais même émis une hypothèse peu avant la fin mais elle s'est révélée fausse.

Chaque chapitre commence donc avec quelques phrases concernant ce qui se passe à cette heure là pendant la guerre, et à chaque fois il y a un lien avec le contenu du chapitre qui nous raconte la vie de Tommo, sa jeunesse, son adolescence, sa famille, la guerre.

J'ai beaucoup aimé ce livre qui nous parle d'amour, de relations familiales, d'amitié, de fidélité, de promesse. C'est un livre jeunesse mais pour une fois je trouve que cela ne se sent pas du tout, c'est une histoire forte, très bien racontée, et franchement très, très émouvante à la fin.

Je vous le conseille sans hésiter en espérant que vous l'aimerez autant que moi.

Livre emprunté à la

  images.jpg

Challenge petit bac

   catégorie métier

Partager cet article

Repost0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 04:20

 

Les insurrections singulières

Quatrième de couverture :

Au seuil de la quarantaine, ouvrier au trajet atypique, décalé à l'usine comme parmi les siens, Antoine flotte dans sa peau et son identité, à la recherche d'une place dans le monde. Entre vertiges d'une rupture amoureuse et limites du militantisme syndical face à la mondialisation, il lui faudra se risquer au plus profond de lui-même pour découvrir une force nouvelle, reprendre les commandes de sa vie.
Parcours de lutte et de rébellion, plongée au coeur de l'héritage familial, aventure politique intime et chronique d'une rédemption amoureuse, Les Insurrections singulières est un roman des corps en mouvement, un voyage initiatique qui nous entraîne jusqu'au Brésil.
Dans une prose sobre et attentive, au plus près de ses personnages, Jeanne Benameur signe une ode à l'élan de vivre, une invitation à chercher sa liberté dans la communauté des hommes, à prendre son destin à bras-le-corps. Parce que les révolutions sont d'abord intérieures. Et parce que "on n'a pas l'éternité devant nous. Juste la vie".

Mon avis :

Antoine est perdu, suite à une rupture sentimentale il revient chez ses parents à presque quarante ans. Il n'a plus envie de rien et ne trouve pas sa place dans ce monde. Il remet sa vie et ses choix en question.

J'ai aimé cette histoire ancrée dans la réalité, sentimentale, économique, familiale. Les phrases sont courtes, le style est direct. J'ai bien ressenti ce que vivait Antoine et sa quête de quelque chose, de sa vie.

Il fait une belle rencontre avec un passionné de livres et c'est ce qui va lui permettre de reprendre espoir : une belle histoire d'amitié, d'amour, de vie.
"Je marchais. Je sentais qu'un nouvel ordre de vie était en train de réagencer toutes mes perceptions. C'est ça une révolution ?" p.160

Ce que je retiendrai : il faut choisir sa vie en fonction de soi et non des autres.

A la fin du livre Jeanne Benameur explique pourquoi elle a écrit ce livre, la part de réalité et la part d'imaginaire, c'est toujours intéressant à savoir.

Lecture commune avec L'or des chambres.

Livre emprunté à la

images.jpg

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 04:20

L'oiseau de mauvais augure

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins !)

L'inspecteur Patrik Hedström est sur les dents. Il voudrait participer davantage aux préparatifs de son mariage avec Erica Falck, mais il n'a pas une minute à lui. La ville de Tanumshecle s'apprête en effet à accueillir une émission de téléréalité et ses participants avides de célébrité, aussi tout le commissariat est mobilisé pour éviter les débordements de ces jeunes incontrôlables. Hanna Kruse, la nouvelle recrue, ne sera pas de trop. D'autant qu'une femme vient d'être retrouvée morte au volant de sa voiture, avec une alcoolémie hors du commun. [....]
Dans ce quatrième volet des aventures d'Erica Falck, Camilla Läckberg tisse avec brio l'écheveau d'une intrigue palpitante. Cueilli par un dénouement saisissant, le lecteur en redemande.  

Mon avis :

J'aime bien cette série de Camilla Läckberg, me voici au quatrième roman de cet auteur, et j'ai encore passé un bon moment.

J'ai retrouvé les personnages récurrents avec plaisir et une nouvelle fois l'auteur nous promène d'indice en indice, de supposision en supposition. Ces histoires sont faciles à lire, il n'y a pas de temps mort, et à chaque fois que je commence un de ces romans je m'empresse de le dévorer car j'ai du mal à m'arrêter une fois que j'ai commencé.

Maintenant il faut que je lise le dernier (l'enfant allemand), car évidemment l'auteur termine ce livre sur un évènement qui nous donne envie de connaître la suite.

Livre emprunté à la

images.jpg

 

 Challenge petit bac

   catégorie : animal

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture