5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 04:20

Le poète

Quatrième de couverture :

L’affaire est claire pour tout le monde : Sean McEvoy, de la police de Denver, s’est suicidé d’une balle dans la tête. Pour tout le monde, sauf pour Jack, son frère jumeau… Un mot retrouvé près du cadavre le met sur la piste d’autres suicides qui n’en étaient peut-être pas. Leur point commun : des lettres d’adieu reprenant des poèmes d’Edgar Poe. Ces meurtres vont se révéler l’œuvre du tueur le plus redoutable de tous les temps…


Mon avis :

Ce livre n'est pas un petit polar vite lu mais il recèle une enquête véritablement bien détaillée et qui nous emmène progressivement dans diverses directions. On découvre l'enquête du côté des policiers, du FBI et des journalistes. 

Certains moments sont un peu drôles, d'autres carrément glaçants, le suspense est maintenu jusqu'à la fin avec des rebondissements inattendus.

J'ai bien aimé le personnage principal avec ses doutes et ses incertitudes, d'autres intervenants sont nettement moins sympathiques, mais ne nous fions pas aux apparences qui peuvent être trompeuses !

D'autres avis chez BOB

Livre du club de lecture
  avec mes copines

   imagesCA91DN22.jpg

 

Challenge petit bac

   catégorie métier

Partager cet article

Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 04:20

Rose

Quatrième de couverture :

Paris, sous le Second Empire. Les ambitieux travaux d'Haussmann réduisent des quartiers entiers en poussière et génèrent des milliers d'expropriations douloureuses. Loin du tumulte, Rose Bazelet mène une vie paisible, au rythme de sa lecture du Petit Journal et de ses promenades au Luxembourg. Jusqu'au jour où elle reçoit la fatidique lettre du préfet : sa maison, située sur le tracé du boulevard Saint-Germain, doit être démolie. Liée par une promesse faite à son mari, elle ne peut se résoudre à partir. Contre le baron, contre l'empereur, Rose va se battre pour sauver la demeure familiale qui renferme un secret jalousement gardé.

Mon avis :

Je reviens d'un voyage dans le temps : J'ai vécu dans le Paris du XIXème siècle dans le quartier Saint-Germain. J'ai vraiment eu l'impression d'accompagner Rose dans les lettres écrites à son mari bien aimé, elle parle de sa vie, de leur vie, simple et heureuse.

La vie du quartier à cette époque est pittoresque vue de notre XXIème siècle, mais ils ont un problème de taille, toutes les maisons de la rue vont être rasées pour permettre la création du boulevard Saint-Germain, tous les habitants seront donc expropriés.

Rose ne veut pas quitter sa maison, les travaux de destruction approchent et elle les compare aux dégâts d'une ville assiégée, on imagine très bien le paysage de désolation qui résulte de toutes ces démolitions.

J'ai aimé la façon dont Rose parle, d'une manière un peu ancienne, tout en retenue, c'était vraiment une autre époque, Rose est toute douce et très amoureuse mais il ne faut pas s'y fier c'est une femme forte aussi. Elle a vécu des évènements éprouvants et un cauchemar revient sans cesse la hanter, un mystère que nous ne découvrirons qu'à la fin de cette histoire.

Un beau portrait de femme, j'ai vraiment apprécié ce moment passé en sa compagnie.

J'ai beaucoup aimé également les liens d'amitié forte qu'elle crée avec la fleuriste et le libraire qui lui fait découvrir la lecture, elle comprend enfin son mari qui était plongé dans ses livres tous les soirs.

Je ne vais pas en dire plus pour vous laisser le plaisir de la découverte ! 

Je vous propose de faire voyager ce livre, si je vous connais un tant soit peu et que vous avez déjà laissé un commentaire ici, vous pouvez vous inscrire dans les commentaires.
30984398_p.jpg


 
Livre offert par Clara 

  PERSO1.gif

Challenge petit bac

    catégorie prénom

Partager cet article

Repost0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 05:20

Le tueur à la cravate

Quatrième de couverture :

Grâce à quelques clics et une adresse mail bidon, Ruth Cassel a pu s'inscrire sur le site perdu-de-vue.com et y déposer une vieille photo de classe en noir et blanc trouvée dans les affaires de son père. La manip n'a qu'un seul but : l'aider à différencier les deux blondes aux yeux noisette sur la photo, Marie-Ève et Ève-Marie, respectivement la mère de Ruth et sa soeur jumelle, décédées à vingt ans d'intervalle.

Très vite, comme s'ils avaient attendu ce signal, des anciens de la terminale S3 se manifestent. L'ex-beau gosse de la classe, une prof de philo à la retraite, une copine des jumelles et, en prime, un grand-père dont Ruth ne soupçonnait pas l'existence, s'empressent de répondre.

Tout pourrait s'arrêter là... Mais la photo de classe a réveillé de terribles souvenirs. Les e-mails évoquent un meurtre commis l'année de la terminale, celui d'Ève-Marie. Ils parlent d'un étrangleur récidiviste, le tueur à la cravate. Bien plus effrayant, ils mettent en cause l'une des personnes que Ruth aime le plus au monde, son propre père, Martin Cassel...  

Mon avis :

Une histoire qu'on ne lâche pas une fois commencée, c'est vraiment ce qu'il me fallait en cet après-midi de vacances pendant laquelle j'ai lu ce livre.

Tout est très actuel dans ce roman, on y parle de blog, de facebook, de mail, de sites permettant de retrouver ses anciens copains de classe, même si c'est un livre pour ado je me suis sentie très concernée puisque je me sers de tous ces moyens de communication (ce qui fait bien rire mes enfants d'ailleurs).

J'ai aimé les relations qui se tissent entre les personnages, les renseignements que sème l'auteur pour nous inciter à soupçonner tel ou tel d'entre eux.

Vers la fin tout s'accélère et il y a certains passages qui m'ont vraiment tenue en haleine.

A la fin de l'histoire, j'ai découvert avec plaisir le journal de bord qu'a tenu l'auteur pendant l'écriture de ce roman, c'est vraiment intéressant de voir comment lui viennent les idées, comment elle suit une piste plutôt qu'une autre, comment elle choisit les noms de ses personnages. Cela m'a fait l'impression de découvrir les coulisses de ce roman et j'ai adoré ça. 

Je dénonce Stephie de Mille et une pages comme tentatrice pour ce livre.

Livre emprunté à la

  images.jpg

Challenge petit bac

    catégorie objet

Partager cet article

Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 05:20

Concerto à la mémoire d'un ange

Quatrième de couverture :

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ? Quel lien entre un simple marin honnête et un escroc international vendant des bondieuseries usinées en Chine ? Par quel miracle, une image de sainte Rita, patronne des causes désespérées, devient-elle le guide mystérieux de leurs existences ? Tous ces héros ont eu la possibilité de se racheter, de préférer la lumière à l'ombre. A chacun, un jour, la rédemption a été offerte. Certains l'ont reçue, d'autres l'ont refusée, quelques uns ne se sont aperçus de rien. Quatre histoires liées entre elles. Quatre histoires qui traversent l'ordinaire et l'extraordinaire de toute vie. Quatre histoires qui creusent cette question : sommes-nous libres ou subissons-nous un destin ? Pouvons-nous changer ?  

Mon avis :

Quatre nouvelles, très différentes et qui tournent pourtant plus ou moins autour du même sujet.

J'ai eu un coup de coeur pour Le retour et ce père qui découvre l'amour pour sa famille suite à un évènement qui va même lui faire changer complètement de vie. Magnifique ! 

J'ai beaucoup aimé Concerto à la mémoire d'un ange, une histoire incroyable qui commence dans la musique et qui m'a surprise jusqu'à la fin. Une histoire très forte et marquante.

L'empoisonneuse est une sacrée manipulatrice, elle est inculpée puis innocentée des meurtres de ses maris faute de preuves, est-elle coupable  ou non ? Est-elle sincère quand elle se confesse au père Gabriel ?  Un esprit retors et une histoire assez machiavélique. 

Un amour à l'Elysée nous parle d'un couple présidentiel, le couple parfait (?), ils sont très beaux, très amoureux, mais tout n'est pas si clair. C'est la nouvelle avec laquelle j'ai le moins accroché même si elle ne m'a pas déplu non plus. 

Des histoires de choix de vie, de rédemption ou non selon la conscience de chacun. Des nouvelles qui font réfléchir et un petit clin d'oeil à Sainte-Rita, patronne des causes désespérées, dans chaque histoire.

Encore un bon moment passé en compagnie de la prose de cet auteur. 

Livre du club de lecture
   avec mes copines

    imagesCA91DN22.jpg

Je participe au challenge de Sabbio
ayant pour thème : La nouvelle

  Challenge la nouvelle

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 05:20

Point de côté

Quatrième de couverture :

Il court, Pierre, éperdument, à en perdre le souffle. On lui a dit qu'il est dangereux de courir à jeun, trop longtemps, sous le soleil. Alors il court à jeun, longtemps, sous le soleil... pour mourir. Mais il ne meurt pas, au contraire, son corps trop lourd s'affine, lui qui a un poids terrible à porter. Malgré lui, la vie continue de battre comme son cœur qui refuse de lâcher pendant l'effort. Un cœur qui fait ses choix et obéit à ses propres lois. Quand on ne croit plus à rien, tout peut arriver.  

Mon avis :

Pierre est malheureux, il a dix-sept ans et a perdu son frère jumeau à l'âge de dix ans, depuis il se sent de trop. Il a décidé de mourir le jour anniversaire des dix ans de la mort de son jumeau.

Pour l'instant il écrit dans des cahiers, ils sont au nombre de trois, et on va suivre Pierre pendant les vacances d'été puis son année de terminale.

Ce n'est pas facile de parler de ce livre sans trop en dire, je ne savais rien de l'histoire avant de le commencer et c'était très bien.

Le sujet n'est pas gai, mais ce livre est bien écrit, il nous parle clairement et simplement du mal-être d'un ado, de sa famille, des filles et de l'acte désespéré qu'il envisage dans un futur pas si lointain.

Cette histoire est prenante, bouleversante et belle.

Chez Clara, j'ai appris que j'allais retrouver Pierre dans Bonheur fantôme du même auteur qui m'attend dans ma PAL, je vais attendre un peu de digérer cette lecture mais j'ai aimé cette première découverte de l'auteur. Ce livre est son premier roman, démarré à dix-huit ans, réécrit trois fois en quinze ans et bien moi je dis : Chapeau ! 

Livre emprunté à la

   images.jpg

Partager cet article

Repost0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 05:20

AlexQuatrième de couverture :

Qui connaît vraiment Alex ? Elle est belle.
Excitante. Est-ce pour cela qu’on l’a enlevée, séquestrée, livrée à l’inimaginable ?

 Mon avis :

J'ai supprimé une partie de la quatrième de couverture, je ne l'avais pas lue et c'était beaucoup mieux ainsi. J'ai vu des résumés sur certains sites marchands : n'allez surtout pas les lire avant de découvrir ce roman !!!!!! Ni, parait-il, les interviews de l'auteur qui en dit trop également. Vous voila prévenus !!!!

Autre conseil : Lisez Travail soigné avant celui-ci s'il vous tente sinon quand vous le lirez vous saurez déjà trop de choses.

Je ne connaissais donc rien de cette histoire avant de la commencer, je ne pouvais que supposer une histoire inquiétante au regard de la couverture du livre.

J'ai lu ce livre presque d'une traite en quelques heures, il fallait que j'aille jusqu'au bout rapidement, l'auteur nous emmène sur diverses pistes, de rebondissement en rebondissement. J'ai été véritablement happée par cette histoire.

J'ai retrouvé avec plaisir l'équipe de Camille Verhoeven 4 ans après l'histoire de Travail soigné, Armand le radin, Louis le riche et le commissaire Le Guen.

Quelques scènes sont assez horribles et j'ai grimacé à certains moments, mais j'ai vraiment aimé ce roman qui nous emmène sur des pistes qu'on n'aurait même pas osé imaginer.

J'ai lu et chroniqué tous les romans de cet auteur : Robe de marié, Cadres noirs et Travail soigné.

Les avis de Pimprenelle, Stephie, Clara, Canel, Stef.   

   Livre issu de ma 
 imagesCAFSFWL3.jpg

Challenge petit bac 

    catégorie prénom

Partager cet article

Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 05:20

L'homme de KaboulQuatrième de couverture :

Quand Oussama Kandar, chef de la brigade criminelle de Kaboul, ancien héros de guerre contre les Russes et les talibans, découvre le cadavre de Wali Wadi, il n'imagine pas déclencher l'une de ces séries de minuscules événements qui se terminent en raz de marée. D'après Oussama, l'homme qui gît au milieu de son magnifique salon, une balle dans la tête, ne peut en aucun cas s'être suicidé, comme l'affirme le ministre de la Sécurité. Profondément intègre, opposé à la corruption qui gangrène son pays, Oussama croit en la justice. Par fidélité à ses principes, il refuse de classer l'affaire. Au contraire, en compagnie de ses fidèles adjoints, il s'acharne à remonter les pistes, à exhumer les vérités travesties. Dès lors, il est l'homme à abattre. Autour de lui, la violence se déchaîne. Dans son combat, il obtient l'aide inattendue du mollah Bakir, un taliban sorti d'Oxford sans doute plus dangereux qu'il n'en a l'air.

A l'autre bout du monde, en Suisse, le jeune Nick, analyste dans les services secrets, est lancé sur la piste d'un fugitif, dirigeant d'une entreprise très opaque aux ramifications internationales. L'homme s'est volatilisé avec un rapport secret qui paraît affoler plusieurs gouvernements. Quand il comprend que son organisation assassine des innocents dans sa quête désespérée pour retrouver le fugitif, Nick se révolte. Il découvre les sanglantes tentatives d'élimination dont a été victime, à Kaboul, un certain commissaire Oussama Kandar.

Oussama l'Afghan, Nick le Suisse et Bakir le mollah : ce trio improbable se retrouve dans les hautes montagnes d'Afghanistan, en des lieux sauvages contrôlés par des hommes qui tuent au nom de Dieu. Là se cache sans doute l'homme qui connaît la vérité. Là est caché le rapport recherché par tous. Mais choisiront-ils de révéler au monde ce qu'ils apprendront ? Ou accepteront-ils de se taire au nom d'intérêts supérieurs ?  

Mon avis :

L'histoire commence simultanément à Kaboul et à Berne, on connaît rapidement le lien entre les deux qui est un rapport secret. On passe d'une ville à l'autre à un bon rythme, l'histoire ne connaît pas de temps mort et elle est très prenante. 

On découvre ou redécouvre Kaboul, ses corruptions, ses menaces incessantes, tout le monde espionne tout le monde. Oussama le policier est obligé de dormir avec une arme près de son lit, dès qu'il va quelque part il n'oublie jamais de s'équiper de pistolet, kalachnikov, grenade, de même pour ses hommes. C'est un livre qui marque puisqu'en prenant le bus au moment où je le lisais, j'ai eu la pensée que quelqu'un pouvait y monter et tirer sur tous les passagers ! Cette ville de Kaboul est vraiment inquiétante.
"Pas question de se rendre seul à ce rendez-vous : une embuscade, un enlèvement sont si vite arrivés..." p.110

J'ai bien aimé les relations d'Oussama et de sa femme Malalai, celle-ci milite pour les droits des femmes et son mari est inquiet pour elle. Ils sont très amoureux mais Oussama a vraiment des préjugés sur le rôle de la femme "C'est le Coran qui exige que les femmes passent l'aspirateur et pas les hommes, peut-être ? en Amérique, les hommes passent l'aspirateur chez eux.
- Malalai, c'est absurde. Aucun homme ne passe l'aspirateur !" p.75 

Quelques passages de ce livre sont assez durs et sanglants, mais j'ai beaucoup apprécié cette histoire qui est menée à un rythme d'enfer.

livre 55
   Lu par Mr

Son avis :

Un fantastique voyage de la Suisse vers l'Afghanistan, dans des univers parfois semblables tant ils sont glauques. Et pourtant Oussama et Nick ne ménagent pas leurs efforts pour 'faire le ménage'. Ils finiront d'ailleurs par unir leurs efforts pour atteindre leur but.

Bien écrit, rythmé et dense, ce livre fait passer un bon moment. L'ambiance est noire à souhait.

Ce livre sort aujourd'hui !!!!!!! 

Livre prêté par Lili Galipette : Merci !

             PERSO1.gif

  Challenge petit bac

       catégorie  :  lieu

 

Partager cet article

Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 05:20

Battle royaleQuatrième de couverture :

Dans un pays asiatique imaginaire existe un programme gouvernemental connu sous le nom de Battle Royale. Chaque année, une classe de 3e est choisie au hasard, emmenée sur une île coupée du monde, et les collégiens doivent combattre entre eux jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un survivant... Ceci afin de servir d'exemple à la population, à la jeunesse particulièrement, et aussi de recueillir des statistiques sur le temps mis par le champion à éliminer ses camarades.

Version contemporaine sur vitaminée de Sa Majesté des Mouches, de William Golding, Battle Royale a défrayé la chronique à sa publication, avant de devenir l'un des plus grands best-sellers de l'édition nippone.  

Mon avis :

Quelle histoire horrible !!!! Que de morts !!!!! Et pourtant j'ai beaucoup aimé ce livre car l'histoire est très prenante et tout s'enchaîne avec rythme, je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer pendant ces 830 pages.

C'est un jeu monstrueux et démoniaque auquel participent tous ces jeunes de 15 ans contre leur volonté, c'est un livre violent avec des passages très sanglants, à tel point que j'ai rêvé que mon chat avait le ventre éclaté ! Heureusement que je n'ai pas rêvé que c'était un des mes enfants, brrr, rien que d'y penser cela me donne le frisson.

J'ai eu un peu de mal au départ avec les noms japonais, c'était un vrai méli-mélo mais par la suite l'auteur ne nous fait suivre que quelques élèves à la fois et c'est plus facile, sauf quand on parle en même temps de Yukié, Yuka et Yuko par exemple !  ou de Yukiko et Yumiko !

Au fur et à mesure de l'histoire le lecteur découvre les caractères, les réactions et les choix des différents personnages, on suit certains adolescents durant toute l'histoire et d'autres plus brièvement (forcément il y a des morts !). Certains pensent au suicide, d'autres veulent s'allier à plusieurs et d'autres encore ne font confiance à personne.

J'ai lu ce livre assez rapidement malgré son épaisseur car j'avais envie de savoir ce qui allait arriver à tous les personnages et qui allait s'en sortir... ou non.

Une dernière chose : Ce n'est pas un livre à mettre entre toutes les mains. Esprits très, très sensibles s'abstenir ! 

Livre voyageur de Liyah : Merci !

     30984398_p.jpg

Partager cet article

Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 05:20

Des vents contrairesQuatrième de couverture :

Depuis que sa femme a disparu sans jamais faire signe, Paul Andersen vit seul avec ses deux jeunes enfants. Mais une année s'est écoulée, une année où chaque jour était à réinventer, et Paul est épuisé. Il espère faire peau neuve par la grâce d'un retour aux sources et s'installe alors à Saint-Malo, la ville de son enfance.

Mais qui est donc Paul Andersen ? Un père qui, pour sauver le monde aux yeux de ses enfants, doit lutter sans cesse avec sa propre inquiétude et contrer, avec une infinie tendresse, les menaces qui pèsent sur leur vie. Dans ce livre lumineux aux paysages balayés par les vents océaniques, Olivier Adam impose avec une évidence tranquille sa puissance romanesque et son sens de la fraternité.

Mon avis :

Me voici de retour d'un beau voyage en Bretagne du Nord, plus exactement du côté de Saint-Malo. Ce n'était pas exactement un voyage d'agrément puisque j'y ai accompagné Paul et ses enfants, Sarah leur femme et maman a disparu depuis plus d'un an.  Est-ce un départ volontaire ? Est-elle morte ? Ils ne le savent pas et ils en sont tous bouleversés.

Au milieu de cette histoire principale d'autres personnages croisent les pas de Paul et de ses enfants, d'autres histoires pas très gaies non plus. Mais je me suis attachée à tout ce petit monde.

Paul est un papa perdu, déboussolé mais débordant de tendresse pour ses enfants. Certes, il boit trop, mais il fait tout ce qu'il peut pour que ses enfants se sentent un peu moins mal. Certaines scènes sont vraiment très, très émouvantes. C'est un livre rempli d'émotions, de sentiments et de très beaux paysages de Bretagne.

Le petit plus : La couverture du livre qui est vraiment attendrissante.

Beaucoup d'autres avis chez notre ami BOB.

Livre emprunté à la

 images.jpg

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 05:20

Comtesse de Ségur2

 

Comtesse de SégurRésumé :  (source wikipedia)

Deux enfants perdus, Jacques et Paul, sont recueillis par un brave militaire, Moutier. Ils s'arrêtent à l'auberge de l'Ange Gardien, tenue par l'excellente Mme Blidot et sa sœur Elfy qui les adoptent tandis que Moutier rentre chez lui. La guerre éclate et Moutier, qui est resté attaché à ses protégés et à leurs mères adoptives, s'engage dans les zouaves. À son retour, grâce à la générosité du général Dourakine auquel il a sauvé la vie et qui veut lui témoigner sa reconnaissance, il est en mesure de demander la main d'Elfy.  

Mon avis :

J'ai trouvé très amusant de me replonger dans une lecture de cet auteur dont j'avais lu maintes et maintes fois Les malheurs de Sophie quand j'étais petite.

Cette histoire regorge de bons sentiments, courage, loyauté, piété, respect, bonté, générosité.

Ces sentiments sont souvent décrits à l'excès surtout à propos du fameux général Dourakine qui a un grand coeur et un caractère entier qui s'emporte vite.

J'ai eu beaucoup de plaisir à lire cette histoire là, les personnages sont attachants, le tout est bien rythmé.

C'est évidemment très démodé mais j'ai trouvé cela amusant  de replonger dans ce style de lecture pour une fois. 

Livre emprunté à la

   images.jpg

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture