22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 05:20

Dodoji et autres nouvellesQuatrième de couverture :

De l'univers des geishas aux rites sacrificiels des samouraïs, de la cérémonie du thé à la boutique d'un antiquaire, Mishima explore toutes les facettes d'un japon mythique, entre légende et tradition.

D'une nouvelle à l'autre, les situations tendrement ironiques côtoient les drames les plus tragiques : que ce soit la jolie danseuse qui remet du rouge à lèvres après avoir renoncé à se défigurer avec de l'acide en souvenir de son amant, Masako, désespérée, qui voit son rêve le plus cher lui échapper, ou l'épouse qui se saisit du poignard avec lequel son mari vient de se transpercer la gorge...

Quelques textes étonnants pour découvrir toute la diversité et l'originalité du grand écrivain japonais.  

Mon avis :

Voici un livre que je ne savais comment noter car il comporte quatre nouvelles et que j'ai des avis très différents sur chacune d'elles. Du coup, je le classe dans la catégorie de la nouvelle que j'ai préférée car elle est vraiment très bien.

Dojoji : Cette nouvelle est écrite sous forme de pièce de théâtre qui se passe lors d'une vente aux enchères d'une armoire un peu particulière. Cette histoire se lit bien mais elle ne m'a pas vraiment convaincue, j'ai été un peu déçue. Question de culture sans doute.

Les sept ponts : Alors voilà, j'ai failli tout laisser tomber durant cette nouvelle là, je n'ai pas accroché du tout, ni à l'histoire ni aux personnages.

Patriotisme : Alors là !!!! Un petit bijou, et j'ai bien fait de ne pas laisser tomber. C'est l'histoire d'un couple dont on sait dès le début qu'ils vont se suicider, lui par patriotisme et elle par amour pour son mari. On passe avec eux leur dernière nuit et c'est écrit de façon magnifique, j'ai trouvé cela vraiment très beau. Et le lendemain bien sûr c'est le drame, une scène très dure et sanglante et qui plus est très détaillée (attention aux âmes sensibles). C'est la nouvelle que j'ai préférée.

La perle : Et pour terminer après ce bain de sang, une petite nouvelle plus légère puisqu'il s'agit de la perte d'une perle lors d'un goûter d'anniversaire .... de femmes qui ont la quarantaine. C'est assez divertissant.

Bilan de ma lecture : Un livre qui vaut le coup essentiellement pour "patriotisme".

Les avis de Les lectures de Liyah, Cynthia, La boîte à lectures, Comme dans un livre, Mes notes de chevet.

Livre issu de ma

imagesCAFSFWL3.jpg

challenge necrophile              CHALLENGE-2-EUROS.jpg      

Auteur qui s'est suicidé

(par éventration !)

 

 

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 05:20

Dix petits nègresQuatrième de couverture :

En a-t-on parlé de l’Île du Nègre ! Elle avait, selon certains, été achetée par une star de Hollywood.

Des journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultrasecrètes.

 Bref, quand ils reçurent –sans savoir de qui– cette invitation à passer des vacances à l’Île du Nègre, tous les dix accoururent.

Mon avis :

Je ne me rappelais plus avoir lu un livre d'Agatha Christie depuis ..... je n'ose même pas y penser, au lycée c'est sûr mais c'était en anglais et sinon je ne suis pas certaine, en fait, d'en avoir déjà lu un ou alors je l'ai complètement oublié. Voilà encore une lacune de comblée grâce aux blogs.

Et bien m'en a pris de commencer par celui-ci, car j'ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture.

Cette histoire se passe à huis-clos sur une île et on assiste à une sorte de compte à rebours :  10 personnes sur l'île, 9 personnes sur l'île ..... et dans l'autre sens : 1 mort, deux morts .......

La peur augmente d'heure en heure parmi les survivants, ils sont seuls sur l'île mais peut être pas .....

Alors qui est le tueur fou ????

L'explication de tout ceci arrive à la fin du livre et j'étais loin d'imaginer une telle solution, c'est vraiment mené de main de maître.

Pas de doute, je vais continuer à lire des romans de cet auteur en espérant être aussi contente à chaque fois !  

Livre issu de ma  

imagesCAFSFWL3.jpg        

          

   Challenge Agatha Christie

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 05:20

a l'angle du renardQuatrième de couverture :

" Le Rigoleur, c'est mon nom de famille. Le Rigoleur avec la particule, petite noblesse bretonne oblige. Le Rigoleur, oui, mais pas rigoleur pour deux sous. Qu'est-ce qui me ferait rire, hein ? Est-ce que j'ai une tête à rigoler ? Tiens, ça se saurait si l'habit faisait le moine. "

Paysan breton, Arsène Le Rigoleur est ancré à sa terre et à ses secrets. Gare à celui qui ira fouiner sur son territoire et dénicher de vieilles histoires. Des gens de la ville, les Maffart, s'installent dans la métairie voisine, une belle ferme rénovée du XVIIe siècle. Comme ça va être bon, pour les deux gamins, de grandir à la campagne. Mais quand on ne connaît rien à la lune rousse et aux pièges à renard, mieux vaut se tenir à l'écart du Rigoleur et de sa tanière.

Mon avis :

J'avais lu beaucoup d'avis positifs sur ce livre, et je suis très contente de pouvoir dire que je l'ai beaucoup aimé.

C'est Arsène Le Rigoleur qui nous raconte sa propre histoire, il a un côté marrant car il est bourru et ronchon ce vieux garçon. Il va se lier d'amitié avec Juliette la petite voisine qui a cinq ans. Cela ne ravit d'ailleurs pas la maman qui se demande si ce voisin est digne de confiance. Cette petite fille sait toucher le coeur d'Arsène, elle met un peu de soleil dans sa vie et leur relation est vraiment chouette.

Mais Arsène a des secrets, il va nous les révéler petit à petit, il se souvient d'évènements plus ou moins anciens, plus ou moins graves.  Malgré ces révélations Arsène ne m'a pas paru vraiment antipathique mais quand même un peu inquiétant. Juliette est-elle vraiment en sécurité avec lui ?  

Tout ceci est raconté avec un petit côté ironique non dénué d'humour et j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre. 

D'autres avis chez notre ami BOB. 

Livre emprunté à la

  images.jpg

 

Challenge petit bac 

   catégorie : animal

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 05:20

Mariage à l'indienneQuatrième de couverture :

" À deux jours de son dixième anniversaire, ma grand-mère était déjà mariée.
" Ma mère, elle, avait trouvé un mari à vingt ans.
" J'en avais conclu que si l'on gagnait ainsi dix ans à chaque génération pour arriver à l'âge idéal du mariage, à trente ans au plus tard j'aurais dû trouver un conjoint.
" Mais, à trente ans, j'étais à mille lieues de convoler, d'où la consternation de chacun au mariage de ma cousine Nina. "
Née à Bombay, devenue journaliste de mode à New York, Anju est écartelée entre son envie de vivre à l'américaine, célibataire et libre, et son désir de rester fidèle à ses racines indiennes et de ne pas décevoir sa nombreuse famille. Le mariage est en effet ce qu'il y a de plus important dans la vie d'une femme indienne, et les mariages arrangés sont encore courants : " Je ne travaille pas à faire ton bonheur, mais à te marier ", dit la mère d'Anju. Mariage à l'indienne est le récit plein d'humour des pérégrinations amoureuses d'Anju, de sa sélection rigoureuse des candidats, de ses rencontres avec les familles, et des choix qu'elle doit accomplir pour rester fidèle à elle-même et satisfaire sa famille et les traditions. Si la recherche de l'amour peut emprunter des voies différentes, le chagrin et le rire sont universels.

 

Mon avis :

Anju 32 ans est célibataire au grand désespoir de ses parents, tout est bon pour lui trouver un mari. 'Ma mère avait un peu triché sur mon âge de sorte que je n'avais plus que trente ans.' p.38

Les rendez-vous avec les prétendants ne se passent pas toujours au mieux. 'Les bonnes ne savent pas encore se servir d'un aspirateur. Vous savez vous servir d'un aspirateur ?' p.39

Tous les prétextes sont bons pour lui trouver des défauts. 'Avoir la peau claire était un critère aussi important que d'avoir tous ses membres.' p.42

Les jeunes filles se marient très, très jeunes en Inde, alors à 32 ans ce n'est pas gagné. 'Pour une Indienne, je n'étais plus seulement une vieille fille, je faisais tout bonnement figure de matrone.' p.47

Cette pauvre Anju est tiraillée entre son indépendance à New-York et ses parents. 'J'aimais ma vie là-bas. Mais j'aimais encore plus mes parents.' p.55

Le mariage est vraiment l'évènement, avec un grand E,  de la vie d'une jeune fille. 'C'était le mariage qui était important. D'être mariés, franchement, c'était secondaire.' p.98 

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, il a un petit côté ironique, tendre et drôle.

Il était intéressant de découvrir ces coutumes liées au mariage, la vie d'une indienne aux Etats-Unis et tous les moyens déployés par ses parents pour lui trouver un mari, allant même jusqu'à passer des petites annonces dans le journal.

C'est un livre très agréable à lire, dépaysant et intéressant, une belle découverte.

Pour la petite histoire, il devait être mon premier livre voyageur en provenance de chez Liliba, et malheureusement il n'est jamais arrivé, j'espère que celui qui l'a récupéré l'aura aimé autant que moi !

Et lundi je vais faire un petit coucou à  Liliba car je suis dans ma famille près de chez elle, comme l'année dernière !

Livre emprunté à la

   images.jpg

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 05:20

 La voleuse de vies

 

J'ai vécu une expérience originale !!!!!  

Ce livre n'existe pas en version papier mais l'auteur vous le propose sur le site de La voleuse de vies, vous pourrez le télécharger pour le prix que vous choisirez de 0 € à .... ce que vous voudrez.

L'histoire :

Claire, jeune femme de trente ans, se fait arrêter sur son lieu de travail visiblement dénoncée par Marie sa chef. Marie 39 ans mariée, un enfant est en plein doute sur sa vie personnelle.

C'est leur histoire que nous découvrons, racontée alternativement par l'une et l'autre.

Mon avis :

Je ne regrette pas mon achat ! C'est déjà bien. Mais plus que ça, j'ai vraiment aimé ce livre, et de plus en plus au fur et à mesure que j'avançais dans ma lecture.

Il a fallu que je m'habitue à le lire sur l'ordinateur car je ne voulais pas l'imprimer mais une fois que j'ai trouvé le bon réglage pour la taille des caractères tout s'est très bien passé.

Les personnages principaux sont Claire et Marie, mais nous découvrons aussi Philippe (le mari de Marie), Hakim le presque père de Claire, Constance une relation de Philippe et Elodie une collègue de Marie.

Je ne vais pas trop en dire sur les relations qui se nouent entre tous ces personnages car cela vaut vraiment le coup de lire cette histoire sans trop en savoir avant.

L'auteur nous emmène dans une histoire qui nous fait douter, imaginer des choses qui arrivent ou non, et plus on avance plus la tension monte.

Cette histoire parle aussi des choix de vie, des doutes qui nous assaillent, des relations dans le couple après vingt ans de mariage, et j'ai trouvé que tout cela sonnait très juste, j'ai aimé le discours de Philippe sur le mariage (l'auteur n'a pourtant surement pas vingt ans de mariage, il m'a l'air un peu jeune pour ça).

Au niveau de l'écriture, cela me parait assez simple et direct mais très efficace, et j'ai bien accroché à ce style, un peu d'humour de temps en temps, du suspense, de l'étonnement, des surprises.

Donc, vous l'aurez compris, une belle découverte pour moi !

Je vous invite à cliquer sur la couverture du livre pour en savoir plus et .... pour l'acheter pourquoi pas ? 

  Livre issu de ma

 imagesCAFSFWL3.jpgou FAL (Fichiers à Lire) ???

  

 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 05:20

Lettre d'une inconnue   Résumé : 

Un amour total, désintéressé, tapi dans l’ombre, n’attendant rien en retour que de pouvoir se dire. Une déclaration fanatique, fiévreuse, pleine d’abnégation et de folie. La voix d’une femme qui se meurt doucement, toute entière tournée vers celui qu’elle vénère. Ici, nulle “confusion des sentiments” : la passion est absolue, sans concession, si pure qu’elle touche au sublime.  

Mon avis :

Voici une nouvelle expérience pour moi : écouter un livre audio. Je me suis laissée tenter car Géraldine l'a aimé, car il n'est pas trop long (1h40 en tout), et parce que j'ai envie de continuer à découvrir cet auteur.

J'avais envie de l'écouter en une seule fois donc j'ai profité d'une soirée match de foot à la télé pour m'installer confortablement devant un petit feu de cheminée avec un casque sur les oreilles.

Je pense que j'étais dans de bonnes conditions car la magie a opéré, je me suis laissée prendre par cette voix, celle de Léa Drucker, elle a une voix douce, posée et très expressive. Les sentiments de cette femme qui écrit la lettre ressortent parfaitement au travers de la voix qui nous lit ce livre.

C'est l'histoire d'un amour excessif, unique, exclusif, obsessionnel, une sorte de folie. Alors pourquoi ce titre, lettre d'une inconnue, c'est ce que nous apprendrons peu à peu en découvrant l'histoire de cette femme amoureuse qui écrit à l'homme qu'elle aime.

Une histoire incroyable et très prenante.

Mon seul regret, c'est qu'Elsa Zylberstein, qui a écrit et lu la préface, en dit beaucoup trop à mon goût sur cette histoire. Je n'en dis donc pas plus pour vous laisser le plaisir de la découverte.

Une belle expérience que je renouvellerai avec plaisir, mais je sais que certains livres audio durent 20 heures, je ne crois pas que cela me tenterait. Une histoire écoutée en une ou deux fois cela me va pour commencer mais je ne sais pas comment je réagirai sur la durée.

Livre voyageur de Géraldine   (Un grand merci !)

  30984398_p.jpg 

Vous pouvez vous inscrire chez elle en

cliquant sur son prénom.

 

Challenge petit bac  

    Catégorie : objet

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 05:20

La commissaire n'aime point les versQuatrième de couverture :

La commissaire Viviane Lancier n'est pas du genre poète, mais la voici condamnée à se passionner pour Baudelaire : un sonnet torride dont il serait l'auteur se transforme en serial killer, envoyant à la morgue ceux qui s'y intéressent. Flanquée de son ingénu lieutenant, Viviane Lancier plonge dans une enquête où semblent la narguer les morts, les survivants et même les revenants.  

Mon avis :

Voici une enquête policière divertissante ce qui est essentiellement dû aux deux personnages principaux.

La commissaire est une femme frôlant la quarantaine, un peu ronde, en mal d'hommes, qui ne se plaît qu'au travail et qui entame des régimes plusieurs fois par semaine, à la moindre contrariété elle se venge sur la nourriture. L'enquête qui lui arrive la dépasse car elle n'y connaît rien en littérature ni en poésie, elle ne lit que des polars et aime les séries policières.

Son adjoint sur cet enquête est le petit Monot, jeune inspecteur, féru de littérature et très calé sur les vers de Baudelaire notamment, ce qui va bien aider la commissaire.

Viviane, la commissaire, mène la vie un peu dure à Monot mais en fait elle s'attache à lui de façon assez touchante.

Cette affaire de vers va leur prendre deux mois pour la résoudre car elle est vraiment complexe, je me suis autant attachée aux personnages qu'à l'enquête et à la fin tout s'accélère pour une fin très prenante.

Beaucoup d'autres avis chez BOB.

Livre emprunté à la

   images.jpg

 

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 05:20

This is not a love song 2Quatrième de couverture :

" Le temps s'étire et se contracte. Deux journées en une. Deux, cent, mille. Mon corps se dédouble. Franco-Anglais. Entrepreneur SDF. Fidèle adultère. Sauveur coupable. Frère et faux. Faux frère. Ma main voudrait caresser - mais elle s'agrippe, ripe, s'accroche - les doigts sont des griffes, elle est ma proie - la déchiqueter, la réduire en pièces, un amas de chair, des cheveux qui se détachent, des dents qui se déboîtent. La phrase lancinante, entre les tempes. This is not a love song. Je veux l'entendre crier - pas gémir. Des hurlements de louve à qui l'on prend ses petits. Il y a une heure. Il y a deux heures. Je n'ai pas voulu me laisser entraîner. J'ai refusé la rencontre avec Étienne. J'ai refusé que nous nous rendions à l'endroit exact. Là où. J'ai refusé en bloc les souvenirs et les regrets. Je ne plongerai pas dans un février où je n'étais pas. "
Vincent a la quarantaine conquérante de ceux qui ont su se faire une place au soleil, loin de la "lose" de leurs années de jeunesse. Jusqu'à ce mois de juillet où il revient dans sa ville natale, dix ans après l'avoir fuie sans un regard pour ceux qu'il laissait derrière lui.  

Mon avis :

Vincent qui s'est expatrié en Angleterre revient pendant une semaine chez ses parents sans femme ni enfants. Il reprend contact avec son passé laissé en plan dix ans plus tôt. Son départ pour l'Angleterre était sa dernière chance de faire quelque chose de sa vie.

J'ai beaucoup aimé cette histoire prenante et très actuelle tout en me demandant où l'auteur voulait en venir, c'est alors que Vincent apprend un évènement que tout le monde lui a caché.

Il est alors question de culpabilité, de honte, ce secret éclate en pleine face de cet homme, Vincent est-il en partie responsable de ce qui s'est passé ?

J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur a traité cette histoire, avec le regard cynique de Vincent sur les petites vies étriquées de ses parents et de son frère, son tourment après la découverte des évènements, et j'ai été surprise par la fin qui m'a d'abord déçue puis..... qui s'explique même si elle me laisse un petit goût amer.

Je suis donc très contente d'avoir poursuivi ma découverte de cet auteur et je continuerai encore lors d'un passage à la bibliothèque.  

Les avis d'Amanda Meyre, Insatiable lectrice, Les jardins d'Hélène.

Livre emprunté à la

   images.jpg

 

 

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 05:20

Une journée de plusQuatrième de couverture :

Giacomo rencontre la fille du tramway un matin d'hiver, alors qu'il se rend dans sa petite imprimerie. Pendant deux mois, il la croise tous les jours sur cette même ligne. Il ne lui parle pas, non, il n'ose pas. Il se contente de l'observer discrètement.
Un matin, elle prend les devants et lui propose d'aller boire un café. Giacomo exulte, mais cette euphorie est de courte durée car la jeune femme lui annonce qu'elle part s'installer à New York. Ils viennent d'effectuer leur dernier voyage ensemble. Et son départ ne tarde pas à laisser un grand vide dans l'existence de Giacomo.

N'y tenant plus, il décide de la rejoindre. Michela est sous le charme et pour que la magie continue d'opérer, elle lui propose un petit jeu, des fiançailles « à durée déterminée ».

Neuf jours, le temps du séjour de Giacomo, pendant lesquels ils seront libres de s'aimer et de donner cours à toutes leurs envies sans peur de l'engagement. Le soir du neuvième jour, ils se sépareront.

Une fabuleuse histoire d'amour à l'italienne, un vrai conte de fées des temps modernes. 

Mon avis :

Une panne de lecture commençait à pointer le bout de son nez, alors j'ai choisi ce livre en me disant qu'il serait sans doute un bon remède. Et voilà, c'était exactement ce qu'il me fallait. Ce n'est pas de la grande littérature mais j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire.

C''est une histoire d'amour bien sûr mais pas que .... on découvre aussi l'enfance et la vie de Giacomo, tout ce qui explique ce qu'il est actuellement, ses relations avec sa mère et sa grand-mère.

Michela et Giacomo sont différents, elle n'a eu que quelques relations durables tandis que lui a eu beaucoup d'aventures et quelque chose de spécial se passe entre eux.

Un peu d'humour, des scènes d'amour plutôt sensuelles, des idées sur le mariage et l'amour qui tiennent la route, j'ai vraiment passé un très bon moment. Et contrairement à Giacomo j'avais deviné la fin deux pages avant qu'elle ne se produise, mais cela ne m'a pas du tout gâché cette conclusion au contraire j'ai dévoré ces deux dernières pages pour savoir si j'avais raison. 

L'avis de Keisha 

   Livre issu de ma

  imagesCAFSFWL3.jpg

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 05:20

Quand revient l'étéQuatrième de couverture :

Chez nous, il y a les habitués, ceux qui reviennent chaque année à leur saison préférée, le début de l'été, ou encore lors des longues journées sèches d'août... Et voici que s'annonce Harry, un après-midi d'août de l'an de grâce 1994. Atteint d'un cancer du poumon, le célèbre financier Harry Wainwright veut absolument retourner encore une fois dans le modeste club de pêche à la mouche au fin fond de l'Etat du Maine où il a ses habitudes depuis trente ans. Pourquoi ? Quand revient l'été nous plonge dans l'histoire tourmentée d'une famille américaine brisée deux fois, par la Seconde Guerre mondiale, puis par celle du Vietnam, à la rencontre d'hommes et de femmes qui nous racontent leurs blessures — et finalement leur secret.

  Mon avis :

Voici un livre très riche, très dense que j'ai beaucoup aimé.

L'histoire se passe essentiellement dans un domaine dédié à la pêche et qui reçoit des vacanciers pour un week-end ou plus, Harry y a passé beaucoup de bons moments et y revient à la fin de sa vie. On y croise aussi Joe, Lucy, Jordan et Kate, ils sont narrateurs à tour de rôle.

Les chapitres alternent les passages actuels et les passages plus anciens, on découvre les liens entre les différents personnages et ce qui les a amenés à l'histoire d'aujourd'hui.

J'y ai fait de belles rencontres, des passages sont émouvants (pour moi, notamment celui de la mort de la femme d'Harry). Les sujets abordés sont variés et bien traités : la vie, la mort, la maladie, les relations père-fille, l'amitié.

Une belle découverte pour un livre choisi au feeling sans connaître le titre ni l'auteur, bonne pioche !  

J'ai reçu ce livre grâce au partenariat avec Le Livre de Poche sur le site de BOB. Le partenariat sur BOB permet de recevoir un livre offert par un éditeur avec en contrepartie une critique sur mon blog. Merci au Livre de Poche.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture