24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 18:28

...

 

Résumé : (censuré par mes soins)
En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu'elle estime être un chef-d'oeuvre, écrit par un certain Henri Pick.
Elle part à la recherche de l'écrivain et (...)
Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle.
Et si toute cette publication n'était qu'une machination ? Récit d'une enquête littéraire pleine de suspense, cette comédie pétillante offre aussi la preuve qu'un roman peut bouleverser l'existence de ses lecteurs.

Mon avis : 
Ce roman m'intriguait à cause de son titre, je ne savais pas du tout de quoi il parlait, je l'ai emprunté, je me suis lancée et... j'ai bien fait !

J'ai aimé retrouver la plume de David Foenkinos, il nous entraîne dans une histoire de publication d'un roman refusé par les éditeurs. La surprise est grande lors de sa parution car son auteur est totalement inattendu. Certains doutent qu'il l'ait vraiment écrit mais certaines preuves l'attestent. Alors ce roman va vivre sa vie.

C'est amusant car ce roman, celui de David Foenkinos pas celui d'Henri Pick, est très ancré dans notre réalité, par exemple il y est question de l'émission La grande librairie (que je ne regarde jamais car c'est le soir de ma répétition de chorale).

Ce roman est original et inattendu et c'est ce qui m'a plu.

Livre emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 18:26

...

 

Quatrième de couverture :
« J'aurais préféré que ma mère me dise : « Tu sais, je crève de trouille et je ne peux rien te promettre. » Ou bien qu'elle pleure franchement, à gros bouillons. Oui, qu'elle pleure ! Au lieu d'afficher ce sourire de façade. Le sourire « tout-va-bien-je-gère ».

J'aurais voulu qu'elle crie, qu'elle hurle, qu'elle se roule par terre en tapant des pieds, qu'elle fasse un truc pas calculé du tout, un truc qu'on ne voit pas dans les séries françaises à la télé, un truc pas bien élevé, pas conseillé par le guide J'élève mon ado toute seule, au chapitre « Comment lui annoncer votre cancer ? »

Entre rires et larmes, Tania nous raconte six mois de complicité avec sa mère malade, mais aussi les nouveaux défis qu'elle s'est lancés : devenir championne de cross... et tomber amoureuse.

 

Mon avis : 
Les années collège ne sont pas toujours faciles, d'autant plus en 4ème et en 3ème, je l'ai vécu avec mes enfants. Ici, nous faisons connaissance avec Tania, sa maman et le crabe de celle-ci.

J'ai beaucoup aimé la façon dont le sujet est traité par Anne Percin entre sensibilité et humour.

Tania et sa maman vont cheminer ensemble pour affronter cette sale bête et ce n'est pas rien.

Une belle découverte dont j'ai souvent entendu parler sur les blogs depuis sa sortie en 2015 et les passages sur le blog de la maman de Tania sont assez drôles.

J'avais déjà lu cet auteur avec un livre ado : Comment (bien) rater ses vacances (ici) mais aussi avec quelques livres pour adultes : coup de cœur pour Le premier été (ici), j'avais aimé Point de côté (ici) et été déçue par Bonheur fantôme (ici) .

Et en passant, une grosse pensée pour toutes celles et ceux qui se battent contre cette saleté de crabe.

Livre emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 17:53

...

 

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Téo, étudiant en médecine légale, passe le plus clair de son temps au laboratoire de la faculté à disséquer des cadavres. Il sort peu et ne s'intéresse pas aux femmes, jusqu'au soir où il rencontre Clarice. Ils n'ont qu'un bref échange, mais la jeune femme l'obsède et Téo commence à la suivre. Lorsqu'il apprend qu'elle s'apprête à partir plusieurs mois, il ne voit qu'une solution pour éviter leur séparation : (...). Et il s'assurera que rien ni personne ne viendra entraver leurs jours parfaits.


Mon avis : 
Voilà un thriller comme je les aime !  Des personnages qui paraissent bien réels, du rythme, des surprises.

Teo a une idée de l'amour assez particulière, il veut tout de la femme qu'il aime et il va tout faire pour y arriver. 

Je l'ai lu rapidement durant les fêtes et pourtant la maison était bien remplie, c'est un signe !

Pas vraiment pour les âmes sensibles... mais pour moi ça passe très bien, ma grande fille ne comprend pas comment je peux lire de tels livres, quelle petite nature ;-)

 

L'avis de Canel, la tentatrice ! 

Livre issu de ma

 

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 18:14

...

 

Quatrième de couverture :
Ils forment un duo, maintenant, le parrain et le filleul. Vingt-cinq ans d'écart. Presque aucun goût en commun mais un lien qui s'établit dans les habitudes qui se créent, à deux - la familiarité de l'autre corps, de son odeur, de la place qu'il prend. On les prend souvent pour père et fils. Yvan refuse la paternité d'un air bourru, mais on sent qu'au fond, ça le touche.

Juin 2013, en province. Comme chaque été, Corentin retrouve, au côté de son parrain, Yvan, son emploi saisonnier de vidéaste de mariage. Chargé d'accompagner les couples des premières heures de la journée la plus importante de leur vie jusqu'au matin suivant, il recueille leurs espoirs et leurs désillusions, leurs joies et leurs détresses, parfois. Mais à vingt-sept ans, il est temps de faire des choix, amoureux tout autant que professionnels. Corentin a devant lui cinq mariages et aucun enterrement pour trouver sa voie.

Analyse des sentiments, amertume et plaisir, empathie pour les personnages... On retrouve dans Mariages de saison tout ce qui fait le charme des romans de Jean-Philippe Blondel.

Mon avis : 
Yvan et Corentin sont deux personnes importantes lors d'un mariage, l'un prend des photos et l'autre filme. C'est important pour les souvenirs, pour nos enfants et pourtant on ne les regarde plus qu'occasionnellement et encore... après 10, 20 ou 30 ans pour ceux qui tiennent jusque là.

Aline et Christophe, Laurent et Laurence, Fanny et Lise, Anne et Luc, Angélique et Sébastien font partie des ces mariés de l'été 2013 de Corentin.

Le mariage et parfois leur souhait, parfois surtout celui de leurs parents ou même de leurs enfants.

Corentin, le vidéaste, se cherche, professionnellement et sentimentalement, il faut dire que ce n'est pas facile de garder une copine quand on est pris tous les week-ends par des mariages.

Corentin crée souvent un lien privilégié avec les mariés les filmant parfois à l'insu du conjoint.

Parallèlement aux différents mariages, Corentin filme des personnes qui ont compté dans sa vie, des amis, de la famille, et qui lui parlent face à la caméra. Il aura d'ailleurs certaines surprises.

Les chapitres sont assez courts et s'enchaînent bien.

Ce que j'aime chez cet auteur c'est qu'il décrit des personnages qui paraissent tout de suite très réels, des situations qu'on imagine sans peine.
Les relations décrites sont touchantes et l'écriture de Jean-Philippe reflète une vraie sensibilité et une grande tendresse pour ses personnages.

Vivement le prochain roman de cet auteur ! 

 

Livre emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 12:13

...

 

Quatrième de couverture : 
Anna Lou est une jeune fille exemplaire. Alors pourquoi aurait-elle fugué la veille de Noël ? Ou serait-ce un kidnapping ?
Mais qui lui voudrait du mal dans son paisible village des Alpes ? Le commandant Vogel, star de la police, est envoyé sur place.
Entouré de sa horde de caméras, il piétine. Aucune piste, aucun indice ne s'offre à lui. Devant ses fans, il ne peut pas perdre la face.
Vogel résistera-t-il à la pression de son public qui réclame un coupable ?

Mon avis : 
Un bon roman policier cela ne se boude pas et de mon point de vue celui-ci est une réussite.

Les chapitres alternent les évènements avant ou après la disparition d'une jeune fille dans un village tranquille.

Une belle histoire de manipulation mais qui manipule qui ? le flic ? le coupable présumé ?  la famille de la disparue ? 

Une chose est sûre l'auteur manipule parfaitement son lecteur et jusqu'à la toute fin de l'histoire je n'avais rien deviné.

Une belle réussite ! 

De cet auteur j'avais déjà beaucoup aimé Le Chuchoteur (mon avis ici) et pas trop aimé Le tribunal des âmes (mon avis ici).

Merci aux éditions Calmann-Lévy et à Netgalley

La fille dans le brouillard de Donato Carrisi

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 16:58

...

 

Quatrième de couverture : 
À New York, Kate élève seule sa fille de quinze ans, Amelia. Très proches, elles n'ont pas de secrets l'une pour l'autre. Jusqu'à ce matin d'octobre, où elle reçoit un appel du lycée qui lui demande de venir de toute urgence.
Elle ne reverra plus jamais Amelia : celle-ci a sauté du toit de l'établissement.
Rongée par le chagrin, Kate plonge dans le désespoir et l'incompréhension. Pourquoi une adolescente en apparence si épanouie s'est-elle donné la mort ? Mais un jour, Kate reçoit un message anonyme qui remet tout en question : « Amelia n'a pas sauté. » Obsédée par cette révélation, elle s'immisce dans la vie privée de sa fille et découvre, à travers les réseaux sociaux, les mails et les SMS d'Amelia, une réalité terrible, un véritable monde parallèle qu'elle n'aurait jamais pu imaginer.

Mon avis : 
Amelia est une adolescente de quinze ans, bonne élève, sportive et jolie fille.

Ce roman alterne les allers et retours entre le présent et le passé, entre le présent de Kate, la mère d'Amelia, à partir de ce fameux 24 octobre et le passé d'Amelia avec sa vie avant ce 24 octobre.

J'avais lu la quatrième de couverture, oui je sais qu'il ne faut pas (Canel !) mais pour ce roman ce n'est pas trop gênant.

Il ne m'a fallu qu'à peine un tiers de ce livre pour que je n'arrive plus à le lâcher.

Certains de mes enfants sont encore de grands adolescents et cette histoire prend aux tripes.
J'ai bien aimé la relation d'Amelia et de sa mère, celle-ci est très prise par son travail mais réussit toujours à garder des moments privilégiés avec sa fille. 
Une seule chose les divise un peu, Kate est mère célibataire et Amelia voudrait savoir qui est son père.

Ce roman est très bien mené même si j'ai trouvé une des surprises un peu "too much".

 

                                           Livre prêté par Canel
                                                       Merci ! 

 

                                            Catégorie prénom

 

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 17:03

...

 

Quatrième de couverture :
Une belle journée de sortie scolaire qui vire au cauchemar.
Une enfant de cinq ans a disparu.
Que s'est-il passé dans la forêt ?
À cinq ans, on est innocent, dans tous les sens du terme.
Pourtant, ne dit-on pas qu'une figure d'ange peut cacher un cœur de démon ?

Mon avis : 
Dans ce roman une des angoisses des enseignants se produit : un enfant manque à l'appel au moment de reprendre le car à la fin de la sortie scolaire.

Tous les adultes sont inquiets et à juste titre car Emma a seulement cinq ans. Mais c'est une petite fille particulière avec un caractère assez spécial.

Voilà il ne faut pas en savoir plus que ça avant de commencer ce roman, je ne savais rien de l'histoire et c'était parfait.

De plus toutes les quatrièmes de couverture devraient être aussi mystérieuses que celle-ci ! 

J'aime ce qu'écrit cet auteur et cette fois encore elle mêle suspense, intrigue, surprises et psychologie. Difficile de lâcher ce livre une fois qu'il est commencé.

Un très bon roman qui se termine de façon très troublante ! 

 

Merci aux éditions Belfond et à Netgalley

Je sais pas de Barbara Abel

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 18:14

...

 

Quatrième de couverture :
Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.

À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

 

Mon avis : 
Le premier chapitre de ce livre est bouleversant, le lecteur découvre la mort de deux jeunes enfants et de leur meurtrière. La description est très précise et ... sanglante.

On découvre ensuite l'histoire de Myriam et Paul qui embauchent Louise, nounou à domicile. C'est une perle au début mais elle va prendre de plus en plus de place  par une sorte d'invasion de toute leur vie privée. 

Ce qui est terrible c'est que dès le recrutement de Louise, on connait l'issue fatale. Sa présence devient de plus en plus malsaine, que cache-t-elle ? 

Ce roman se lit presque d'une traite, l'auteur dépeint très précisément le portrait de Louise, ce qu'elle a vécu et ce qui l'amène à ce geste terrible.

Myriam et Paul pensent à se séparer de leur nounou "Mais Louise a les clés de chez eux, elle sait tout, elle s'est incrustée dans leur vie si profondément qu'elle semble maintenant impossible à déloger. Ils la repousseront et elle reviendra. Ils feront leurs adieux et elle cognera contre la porte, elle rentrera quand même, elle sera menaçante, comme un amant blessé" p.177

Il est clair que Myriam et Paul l'ont laissée aller trop loin.

Je suis contente que mes enfants soient grands car je n'aimerais pas avoir à recruter une nounou après cette lecture...

                                      Livre prêté par Canel, merci ! 
 

 

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 18:15
Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarry

...

Quatrième de couverture : 
Meurtre ou tragique accident ? À la fête de l'école, quelqu'un a trouvé la mort. Mais qui est vraiment responsable du drame ?


Trois femmes à la croisée des chemins, des ex-maris et leurs nouvelles épouses, des familles recomposées (ou décomposées), qui cachent tous ces redoutables petits mensonges que l'on se raconte à soi-même pour continuer de vivre... 

Après Le Secret du mari, best-seller international, Liane Moriarty nous plonge une fois encore dans l'univers clos de ces quartiers résidentiels qui dissimulent derrière leurs jolies façades d'inavouables secrets. Avec elle, le sourire n'est jamais loin des larmes.

 

Mon avis : 

En cette période de rentrée des classes ce livre a pointé son nez dans mes étagères et j'ai vraiment bien fait de ne pas trop le faire attendre.

L'auteur s'attache particulièrement à trois femmes et leurs familles, Madeline, Celeste et Jane. Des familles comme il en existe partout, avec des soucis, des joies et ... des secrets et ... des mensonges.

Egalement beaucoup de personnages secondaires qui gravitent autour des ces trois femmes avec comme point central l'école et la fameuse soirée quiz durant laquelle un drame va se produire.

L'auteur entame un compte à rebours pour nous faire comprendre ce qui s'est passé et pourquoi ce drame est arrivé.

Pas facile de deviner qui sera la victime et les hypothèses vont bon train.

Quel bon moment de lecture ! Je me suis attachée à chacune des ces femmes,  plus j'avançais dans ma lecture et plus j'avais envie de les retrouver.

J'ai souri, j'ai frémi d'horreur parfois, j'ai eu le cœur serré aussi, toute une palette d'émotions.

Un roman avec un bon rythme qui ne retombe pas et qui m'a tenue en haleine tout au long de l'histoire.

J'ai préféré ce roman au précédent que j'ai lu de cet auteur Le secret du mari.

 

Les avis de Canel et Jules

 

Merci aux Editions Albin Michel

Partager cet article

Repost0
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 16:20
Tu comprendras quand tu seras grande de Virginie Grimaldi

...

Quatrième de couverture : 
Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu'à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu'elle ne déborde pas d'affection pour les personnes âgées. Et dire qu'elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.


Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d'imaginer qu'on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au coeur brisé... Et si elle n'avait pas atterri là par hasard ? Et si l'amour se cachait où on ne l'attend pas ?

C'est l'histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.

C'est une histoire d'amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.

 

Mon avis : 
J'avais très envie de lire ce livre car il se passe dans une maison de retraite, elle est toute petite (21 résidents) par rapport à celle dans laquelle je travaille (un peu plus de 400 résidents). 

Comme d'habitude j'aime les livres qui parlent des personnes âgés, c'est un public qui me touche particulièrement.
Ici j'ai souvent eu le sourire aux lèvres, j'ai même ri, mais j'ai aussi eu le cœur serré.

Sous des allures d'histoire plutôt légère on découvre au détour des lignes des phrases très profondes sur la vie, sa durée, la vieillesse, l'amour...

Les personnages sont tous chouette même Léon le grincheux.

Je me suis régalée, dommage qu'il se lise aussi vite.

Mon seul bémol sera la surprise qui arrive à la fin du livre... elle ne m'a pas trop convaincue.

Une plume très agréable pour Virginie Grimaldi que j'avais découverte avec Le premier jour du reste de ma vie

 

 

  Livre prêté par une
   de mes collègues
      Merci Marion !

       

 


       Catégorie phrase

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture