23 novembre 2018 5 23 /11 /novembre /2018 18:34

...

 

Quatrième de couverture : 
Elle a perdu son sein gauche, son job et son mec.
Elle ne le sait pas encore, mais c'est le meilleur jour de sa vie.

Mon avis : 
Une BD qui n'était pas pour moi, le sujet est certes touchant et tristement d'actualité mais je n'ai pas accroché du tout.

Je n'ai pas été sensible au dessin, ça part dans tous les sens, c'est un foisonnement de couleurs et de mouvements.

J'ai eu du mal à comprendre l'histoire dans tous ses détails car il n'y a aucune parole. 

Bref, je suis complètement passée à côté.

 

...

 

BD empruntée à la 

 

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 18:17

...

 

Quatrième de couverture :
À quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.
My Absolute Darling a été le livre phénomène de l’année 2017 aux États-Unis. Ce roman inoubliable sur le combat d’une jeune fille pour devenir elle-même et sauver son âme marque la naissance d’un nouvel auteur au talent prodigieux.

Mon avis : 
De nombreux mots me viennent à l'esprit au moment de parler de ce roman : Insultes, armes, relation exclusive, brutalité, relation toxique, malsain, violence, longueur, mal à l'aise, danger, inceste, tristesse, gâchis, maltraitance ...

La couverture de ce livre m'a induite en erreur car je n'ai pas lu la quatrième de couverture, et au vu des très nombreux avis positifs, du battage médiatique, je pensais lire une belle histoire... Quelle déception ! 

Julia, Turtle, Croquette est tiraillée entre son "amour" pour son père et son envie de fuir. Sa maman est morte et son père reporte "mal" tout son amour sur sa fille "son amour absolu", avec tellement de violence, d'insultes.
C'est sûrement bien écrit puisque j'ai été mal à l'aise durant toute cette lecture, j'avoue que j'ai accéléré à partir de la moitié, je n'en pouvais plus...

Une lecture éprouvante !

 

Roman emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 18:01

...

 

Quatrième de couverture :
Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d'être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l'ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec.

Mon avis : 
Il ne faut pas que je me laisse influencer par des billets élogieux...
Il ne faut pas que je me laisse influencer par des billets élogieux...
Et voilà je me suis encore fait avoir.

Après ma lecture je suis allée faire un tour sur le site de Babelio et je n'ai pas vu un seul avis avec moins de 4 étoiles. Je vais avoir l'air fine avec une seule étoile et encore ...

Dès le début (page 19, page 20, page 41) j'ai été gênée par la longueur de certaines phrases, j'arrivais essoufflée au "point" qui la clôturait. J'ai même compté 22 lignes pour une de ces phrases à rallonge.

Au niveau de l'histoire, j'ai eu bien du mal à m'y intéresser. Un homme en pousse un autre à l'eau. Celui qui est dans l'eau en a mis plein la vue à l'autre et l'autre s'est laissé berner. Il raconte toute son histoire au juge avec des phrases de trois kilomètres mais ça je l'ai déjà dit ! 

Il est question de vie banale, de manipulation, de crédulité, voilà. Je n'ai pas été touchée du tout par la vie de cet homme.

Je n'ai aimé que la toute fin du roman avec la réaction du juge, ça fait peu. Heureusement pour moi ce livre contient moins de 200 pages.

 

Merci à Babelio et aux Editions de Minuit

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2016 1 19 /09 /septembre /2016 17:26
L'odeur des planches de Samira Sedira

...

Quatrième de couverture : 
Elle a oublié l'odeur des planches. 
Cette odeur si indissociable de sa vie d'avant, quand elle était encore comédienne, elle, la fille d'immigrés algériens qui avait réussi à conquérir le devant de la scène. Passer de l'ombre à la lumière.
Mais, la quarantaine venue, comme tant d'autres en fin de droits, la voilà réduite à faire des ménages. Revient alors la mémoire de sa mère. Comme elle, elle n'est plus qu'une servante, une de ces femmes invisibles dont on oublie le nom, qu'on ne reconnaît pas dans la rue. Pourtant, au théâtre, la servante est le nom qu'on donne à la petite ampoule qui reste allumée sur le plateau quand tout le monde est parti.

 

Mon avis : 

Ce livre n'était pas fait pour moi, je ne me suis pas du tout attachée à ce que l'auteur nous raconte de sa vie.

Je n'ai pas trouvé ce récit très vivant ni très approfondi. Je suis sûre que je l'aurais préféré sous forme de roman, je ne suis pas très branchée par les récits autobiographiques.

L'auteur alterne les chapitres sur son enfance, sa mère, sa vie de famille et les chapitres sur sa vie d'adulte en tant que comédienne puis femme de ménage.

J'avais dû lire un avis positif quelque part pour noter ce titre ....

 

   Livre emprunté à la

         images.jpg

 


    Catégorie spectacle

Partager cet article

Repost0
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 17:58
L'homme qui ment de Marc Lavoine (livre audio)

...

Quatrième de couverture :
Lulu avait toujours une grève à organiser ou des affiches à placarder. La nuit venue, il nous embrigadait, ma mère, mon frère et moi, et nous l’aurions suivi au bout du monde en trimballant nos seaux de colle et nos pinceaux. Il nous faisait partager ses rêves, nous étions unis, nous étions heureux.

Evidemment, un jour, les lendemains qui chantent se sont réduits à l’achat d’une nouvelle voiture, et Che Guevara a fini imprimé sur un tee-shirt.
Le clan allait-il survivre à l’érosion de son idéal et aux aventures amoureuses que Lulu avait de plus en plus de mal à cacher ? Collègues, voisines, amies ; brunes, blondes, rousses : ses goûts étaient éclectiques. Lulu était très ouvert d’esprit.
Sans nous en rendre compte, nous avions dansé sur un volcan. L’éruption était inévitable.

 

Mon avis : 
Le livre commence et se termine par l'enterrement de Lulu, le père de Marc Lavoine.
Un drôle de père ... il travaille aux PTT, il est militant, il a une femme, deux fils, jusque là tout va bien.
Là où cela se gâte c'est que c'est un homme infidèle, dragueur, menteur, cavaleur et qu'il ne se prive pas de parler devant ses enfants d'Hélène, de Jeannine, de Melle C. et des autres...
Du coup je ne l'ai pas trouvé très malin et alors qu'il aurait pu être simplement fantaisiste il m'a paru bien antipathique.

J'ai pourtant ressenti ce livre comme un hommage à son père. L'écriture est belle et Marc Lavoine lit très bien son texte mais cela n'a pas suffi pour que je l'apprécie.
Au bout d'un moment je me suis dit qu'il y aurait bien autre chose que ces histoires de coucheries mais non, ou pas assez à mon goût.

Heureusement il était court !

 

L'avis de Sylire

 

  Livre prêté par
       Sylire



   
 

         

Partager cet article

Repost0
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 14:32
En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut

...

Quatrième de couverture :
Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.

Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c'est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C'est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l'appartement. C'est elle qui n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.

Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.

L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

 

Mon avis : 
Avant de commencer ce livre je ne connaissais pas la chanson Mr Bojangles (à prononcer à l'anglaise et pas en français comme je le pensais). Dès que celle-ci a été évoquée je l'ai donc écoutée, je pensais qu'elle allait être rythmée et entraînante mais pas du tout.

En revanche la vie des parents du narrateur est vraiment extravagante et au début j'ai aimé la façon de raconter de ce petit garçon, originale et vive.

Ses parents le font vivre dans un tourbillon de fantaisie, d'extravagance à l'extrême. 

Et voilà, c'est cet extrême qui m'a dérangée et malgré les avis enthousiastes lus un peu partout je vais encore être le vilain petit canard mais j'assume.

Et une fois de plus, les histoires déjantées ne sont vraiment pas faites pour moi.  

On se demande où sont les adultes pour cet enfant ! La frontière est mince entre fantaisie et folie, mais trop c'est trop et je dois avouer que j'ai plutôt survolé la deuxième moitié de ce livre.

Au final ce n'est pas une histoire gaie, pas du tout, l'aspect festif cache une grande détresse.

J'avais trouvé la couverture plutôt attirante avec son petit côté rétro.

 

Les avis de Sylire, Gambadou et Alex.

 

Livre prêté par une amie

       

 


       Catégorie spectacle


       Catégorie objet

Partager cet article

Repost0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 16:27
Moby Dick de Chabouté T1 et T2 (BD)

...

Moby Dick de Chabouté T1 et T2 (BD)

...

Mon avis : 
J'ai retrouvé avec plaisir le coup de crayon de Chabouté mais malheureusement cela n'a pas suffi à me faire apprécier ces deux BD.

J'ai quand même appris que les campagnes de pêche à la baleine duraient trois ans, des années de vie de dur labeur pour tout un équipage.

Et quand le capitaine du bateau s'appelle Achab, la campagne de pêche est surtout prétexte à rechercher Moby Dick, le grand cachalot blanc coupable de lui avoir arraché une jambe.

Dans le livre premier c'est vraiment la mise en route de l'histoire mais on sent déjà que ce capitaine est obsédé par Moby Dick.

Dans le livre second, cela s'accélère un peu car Moby Dick va montrer le bout de son nez. Achab plonge dans la folie, il est même capable de mettre son équipage en danger car il veut à tout prix se venger de Moby Dick.

C'est l'histoire qui ne m'a pas accrochée, je crois que je préfère quand Chabouté invente ses propres aventures au lieu de reprendre une histoire existante. Et c'est quand même une histoire très très sombre avec des personnages peu attachants.

Bref, une déception pour moi. 

 

  BD empruntées à la

      images.jpg

 


       Catégorie animal

 

 

Partager cet article

Repost0
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 05:12
Le grand méchant renard de Benjamin Renner (BD)

...

Résumé :
Un  renard chétif tente de se faire une place de prédateur face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle.
Il a trouvé une stratégie : il compte voler des oeufs, élever les poussins, les effrayer et les manger.

Mon avis : 
Grosse déception pour cette BD sur laquelle j'avais lus d'élogieux avis disant que c'était très drôle...

Je suis assez difficile au niveau de l'humour en lecture, que ce soit BD ou roman d'ailleurs, et ici la mayonnaise n'a pas pris.

J'avais un peu l'impression de voir Louis de Funès dans ce renard... un peu énervé et sautant dans tous les sens. J'ai aussi pensé au dessin animé avec des poules (je cherche le titre) Chicken Run que je trouve plus drôle.

J'avoue que j'ai souri quelques fois mais que globalement j'ai trouvé le temps long, presque 190 pages quand même.

Ne vous fiez pas à mon seul avis car les critiques sont enthousiastes.

 

Lecture commune avec Sylire et Stephie
 

Livre lu dans le cadre du prix BD Cezam 2016

 

    BD empruntée à la

         images.jpg

 


      Catégorie animal

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 09:22
Les gens dans l'enveloppe d'Isabelle Monnin

...

Quatrième de couverture :
En juin 2012, j'achète à un brocanteur sur Internet un lot de 250 photographies d'une famille dont je ne sais rien.
Les photos m'arrivent dans une grosse enveloppe blanche quelques jours plus tard. Dans l'enveloppe il y a des gens, à la banalité familière, bouleversante.
Je décide de les inventer puis de partir à leur recherche. Un soir, je montre l'enveloppe à Alex. Il dit : «On pourrait aussi en faire des chansons, ce serait bien.»
Les gens dans l'enveloppe, un roman, une enquête, des chansons.

 

Mon avis : 
Je vous le dis d'emblée : déception....
Eh oui Saxaoul encore une fois nos avis divergent alors que nous avions eu une période d'avis communs sur certains livres, c'était une autre époque ;-)

Je me sens encore une fois un peu seule dans cette multitude d'éloges que j'ai lues ici ou là.

L'idée de base de ce livre me tentait bien, c'est original d'acheter des photos d'une famille inconnue et d'en inventer l'histoire, puis de mener l'enquête pour essayer de retrouver "Les gens".

Oui, mais ! 

Mais,
j'ai trouvé dommage que les photos ne soit pas imprimées sur du papier glacé comme celles de la couverture, du coup celles du livre sont beaucoup moins belles.

Mais,
j'aurais aimé voir les photos au fur et à mesure de ma lecture au lieu d'une partie qui leur est dédiée près de 200 pages après le début du livre.

Mais,
autant j'ai aimé lire la vie de mes ancêtres, de mes grands-parents au travers de lettres écrites durant la guerre par exemple, autant lire cette vie inventée sur de vrais inconnus ne m'a pas touchée du tout. Je suis passée à côté de ce livre, c'est clair.

Mais,
j'aurais préféré lire la vie de gens moins ordinaires. Cela fait un peu prétentieux de dire ça mais c'est mon ressenti.

 

J'ai aimé l'écriture d'Isabelle Monnin et je suis déçue de ne pas avoir apprécié son livre à sa juste valeur, mais quand ça veut pas... ça veut pas...

 

Livre prêté par Saxaoul 
           
Merci ! 

    

Les avis de Saxaoul et Antigone


         Catégorie objet
 

 

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 18:00
Les accoucheuses Tome 3 La déroute d'Anne-Marie Sicotte

...

Quatrième de couverture :
1853. Flavie débute une nouvelle vie. Elle a tout abandonné pour rejoindre une étonnante société utopiste dans l'État de New York. Ici, souffle un vent de liberté révolutionnaire. Mais certains dogmes restent profondément ancrés dans l'esprit des hommes...

Léonie ne le sait que trop bien, elle qui doit inlassablement poursuivre sa lutte contre les mentalités réactionnaires. Face à tant d'écueils, le savoir des sages-femmes pourrait bien se perdre, submergé par la bien-pensance de l'opinion publique...

De déroutes en succès, aujourd'hui encore, les combats de Léonie et Flavie se perpétuent, portés par des milliers de femmes.

 

Mon avis : 
J'avais beaucoup aimé le 
tome1 puis le  tome 2 de cette série "Les accoucheuses".

J'ai eu envie de retrouver les personnages, de savoir ce que la vie allait leur réserver.

J'aurais dû m'en tenir aux deux premiers tomes... Ce troisième reprend les mêmes ingrédients, un peu d'histoire de couple, un peu d'histoire d'accoucheuses, un peu de tout ce qui a déjà été raconté dans les deux premiers volumes.

Ce troisième tome comprend quand même plus de 940 pages !!! Alors quand on n'accroche pas c'est looonnng ...  

En bref, une grosse déception. Ce n'est que mon avis, mes copines du club lecture l'ont aimé !

 

Livre du club de lecture
     avec mes copines

      

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture