21 mai 2019 2 21 /05 /mai /2019 18:53

...

 

Quatrième de couverture :
« Comment pouvais-je le savoir si la vie ne me le disait pas ? Comment pouvais-je savoir que le bonheur le plus grand était caché dans les années apparemment les plus sombres de mon existence ? S’abandonner à la vie sans peur, toujours… Et maintenant encore, entre sifflements de trains et portes claquées, la vie m’appelle et je dois y aller. »
L’Art de la joie est le roman d’une vie, celle de Modesta. Née le 1er janvier 1900 dans une famille miséreuse de Sicile, farouche et insoumise, la jeune femme nous entraîne sur le chemin d’une liberté qui gagne irrésistiblement le lecteur.
L’édition définitive de ce texte, devenu un classique de la littérature italienne, a été établie par Angelo Maria Pellegrino, qui fut le dernier compagnon de l’autrice et sauva ce roman culte de l’oubli.

Mon avis : 

Du côté de la lectrice : 
Valérie Muzzi raconte l'histoire de Modesta de façon très agréable. Et sa lecture n'est pas du tout en cause pour l'abandon de ce livre audio.

Du côté du texte :
Ce roman aurait pu s'appeler l'art du plaisir, dès le début d'ailleurs, c'est une des premières réflexions qui m'est venue.

J'ai commencé ce livre audio avec un peu d'appréhension car il dure 23h10 !
Et... tout s'est plutôt bien passé jusque la moitié de cette écoute et puis mon attention est devenue moins vive, certains passages m'ont moins intéressée.

Et au final il est tellement long que j'aurais du prendre des notes sur mon ressenti au fil de ma lecture.
Je suis moins assidue qu'avant pour les lectures audio et du coup des livres plus courts me correspondent mieux ou alors il faut que ce soit vraiment palpitant et rythmé.

En bref, un bon début et une lassitude progressive au fil des chapitres.

...

 

Chez Sylire

Partager cet article

Repost0
4 mars 2019 1 04 /03 /mars /2019 18:10

...

 

Résumé :
Au début des années 1920, le comte Alexandre Ilitch Rostov, aristocrate impénitent aux manières aussi désuètes qu’irrésistibles, est condamné par un tribunal bolchévique à vivre en résidence surveillée dans le luxueux hôtel Metropol de Moscou. Acceptant joyeusement son sort, le sémillant comte Rostov hante les couloirs, salons feutrés, restaurants et salles de réception de l’hôtel, et noue des liens avec le personnel de sa prison dorée, des diplomates étrangers de passage, une belle actrice inaccessible – ou presque –, et côtoie les nouveaux maîtres de la Russie soviétique. Mais, plus que toute autre, c’est sa rencontre avec Nina, une fillette de neuf ans, qui bouleverse le cours de sa vie bien réglée au Metropol. Trois décennies durant, le comte vit retranché derrière les grandes baies vitrées du Metropol, microcosme où se rejouent les évènements politiques de l’URSS. Le récit enlevé de ses aventures sous cloche forme une fresque romanesque prodigieuse, qui rend un vibrant hommage à l’âme et à la culture russes.

Mon avis : 
Un livre audio qui dure 16h58 et que j'ai trouvé long dès le début.... et très bavard pour pas grand chose.

Un livre audio qui dure 16h58 et dont le lecteur a un ton "pompeux", ton de circonstance puisqu'il raconte l'histoire d'un comte russe.

Bref, je n'ai pas été très courageuse et j'ai abandonné assez rapidement je l'avoue. Car participer à un prix ne doit pas non plus devenir une "torture" et si j'avais continué je n'aurais guère prêté attention au texte c'est certain.

En voilà un qui ne sera pas bien haut dans mon classement....

Roman du prix Audiolib

 

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2018 7 04 /11 /novembre /2018 10:43

..

 

Quatrième de couverture :
Fleur et Harmonie ont des prénoms un peu... trompeurs. Harmonie est jeune, nerveuse, sensible. Elle est affligée d'un syndrome pénible, et se collète résolument avec une vie qui ne lui fait pas de cadeaux. 

Fleur est âgée, obèse, pétrie d'angoisses, de manies. Elle vit seule avec son chien Mylord et son armoire à pharmacie. Elle se méfie de tout le monde, sauf de son thérapeute, le cher docteur Borodine. 

Autour d'elles, Elvire, Tonton, le merveilleux Monsieur Poussin. Autant de personnages singuliers, touchants et drôles. Rien n'aurait dû les rassembler, si ce n'est leur étrangeté et le fait que la société fait d'eux des inclassables, incapables, déclassés, bras cassés. 

Dans ce roman, il y a de la musique russe, un petit chien en surpoids, des gens un peu fêlés, des monstres improbables, de très beaux portraits en noir et blanc, de la traîtrise et du drame, et - ce n'est pas du luxe - un peu de tolérance.

Mon avis : 
Marie-Sabine Roger est une auteur dont j'aime les romans... habituellement... celui m'est tombé des mains à la moitié. Je suis déçue car je voulais l'aimer.

Fleur et Harmonie sont les deux personnages principaux et interviennent tour à tour. Harmonie souffre d'un syndrome qui affecte ses paroles et ses gestes, ce n'est pas drôle mais mis en mots cela m'a coupé dans mon rythme de lecture, des phrases qu'on lit en apnée sans en voir le bout. 

Dommage, car elles avaient un côté attachant, cela ne m'a pas suffi. Tant pis.

Roman emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2018 7 14 /10 /octobre /2018 18:30

...

 

Quatrième de couverture :
Il n'a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin - d'instinct. Il rencontre alors les habitants d'un hameau perdu, puis Brabek l'ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, et découvre 
l'amour charnel avec Emma, mélomane lumineuse. Viendra ensuite la guerre, l'effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de la civilisation. 

À sa façon singulière, radicale, drôle, grave, Le garçon est l'immense roman de l'épreuve du monde. 

Mon avis : 
Cela avait bien commencé entre ce roman et moi. J'appréciais l'écriture de Marcus Malte et le début de l'histoire de ce garçon.
Et puis les pages défilant j'avais de plus en plus de mal, c'est en effet plus un récit qu'un roman et j'ai du mal avec cette forme de texte.

Page 161 j'ai fait une pause, puis j'ai repris mais avec l'envie permanente de lire en diagonale et je n'ai donc pas résisté longtemps et je l'ai lâchement abandonné.

Le format poche est quand même composé de près de 600 pages et je ne me suis pas senti le courage d'aller au bout, dommage car j'aurais quand même aimé suivre la vie de ce garçon.

Il faut dire aussi qu'il passait après un coup de cœur et ce n'est pas une place facile !

Merci à Babelio

tous les livres sur Babelio.com

Partager cet article

Repost0
10 avril 2018 2 10 /04 /avril /2018 17:40

...

 

Résumé :
Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l'esclavage. Rachetée à l'adolescence par le consul d'Italie, elle découvre un pays d'inégalités, de pauvreté et d'exclusion.
Affranchie à la suite d'un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.  
Bakhita  est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d'évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d'âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu'elle soit razziée.

Mon avis : 
Ce livre audio partait avec deux handicaps : je l'avais déjà lu et de plus, en général, je n'aime pas quand le lecteur est l'auteur.

Une fois de plus cela n'a pas fonctionné, j'avoue que je n'ai pas fait beaucoup d'effort mais c'est un des droits du lecteur (cf Daniel Pennac).

Je pense de plus en plus qu'être lecteur est un vrai métier, que l'auteur n'est pas le plus à même de mener cette tâche à bien et que cela nuit souvent à son texte (une exception : je suis en train d'écouter le dernier Pierre Lemaitre lu par l'auteur et j'aime !)

Dans le cas de Bakhita j'ai trouvé que la façon de lire de l'auteur n'était pas assez neutre, dommage car le timbre de voix en lui-même n'est pas désagréable.

Mon avis sur la version papier (ici

...

 

Catégorie prénom

 

Partager cet article

Repost0
7 février 2018 3 07 /02 /février /2018 17:13

...

 

Résumé :
Dans ce livre plein de grâce, acclamé dans le monde entier, le forestier Peter Wohlleben nous apprend comment s’organise la société des arbres. Les forêts ressemblent à des communautés humaines. Les parents vivent avec leurs enfants, et les aident à grandir. Les arbres répondent avec ingéniosité aux dangers. Leur système radiculaire, semblable à un réseau internet végétal, leur permet de partager des nutriments avec les arbres malades mais aussi de communiquer entre eux. Et leurs racines peuvent perdurer plus de dix mille ans… Prodigieux conteur, Wohlleben s’appuie sur les dernières connaissances scientifiques et multiplie les anecdotes fascinantes pour nous faire partager sa passion des arbres.
Après avoir découvert les secrets de ces géants terrestres, par bien des côtés plus résistants et plus inventifs que les humains, votre promenade dans les bois ne sera plus jamais la même.
Peter Wohlleben a été forestier plus de vingt ans en Allemagne. Il dirige maintenant une forêt écologique. Son livre a été numéro un des ventes en Allemagne et est devenu un étonnant best-seller aux États-Unis, et maintenant en France.

Mon avis :

Quelle drôle d'idée ce livre audio !

Ce livre est un documentaire sur les arbres, leur vie, leur communication....

Alors ce texte avec un livre d'images, oui, mais pas en livre audio,
ou ce texte dans un documentaire filmé, oui, mais pas en livre audio
ou encore ce texte lors d'une balade en forêt au milieu des arbres, oui, mais pas en livre audio. 

Vous aurez compris que je n'ai pas du tout adhéré à la forme et que la plage 8  a eu raison de moi, c'est donc un abandon. 

Dommage car c'est sûrement très intéressant mais un peu soporifique sous cette forme audio. Dommage car j'adore me balader, marcher dans la nature et le sujet aurait pu m'intéresser.

Désolée de ne pas vous encourager à le lire et surtout à l'écouter.

...

 

Catégorie passage du temps

 

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 16:01

...

 

Quatrième de couverture :
Tristan Rivière a été élevé par son père, ouvrier et militant communiste, dans l'idée qu'il devait être un héros. Malheureusement, à l'âge de seize ans, à la première occasion qui lui est accordée de prouver son courage, il s'enfuit. 

Après dix années de remords et d'humiliation, Tristan se retrouve dans un train au moment où une jeune femme est agressée par une bande. Et la peur d'autrefois l'envahit. Va-t-il enfin se montrer à la hauteur ? Suivant sa réaction, sa vie prendra des directions entièrement différentes... 

Roman des vies possibles, de ces moments qui décident d'une existence, interrogation aussi sur le couple et la constance de l'amour, Comment vivre en héros ? décrit de façon ironique et tragique le rêve de l'héroïsme et de la pureté dans les sociétés modernes.

 

Mon avis : 
Comment parler d'un livre qu'on a abandonné mais dont on a aimé le début mais c'est tout... (à peine 100 pages en fait).

Je suis complètement passée à côté de ce livre, je l'ai abandonné quand plusieurs soirs de suite je me suis rendu compte que je ne me rappelais plus de ce que j'avais lu la veille...

Tristan m'est apparu sympathique au début du livre puis il m'a énervé à toujours suivre ce que son beau-père décidait pour lui. 

J'ai aussi du mal avec les textes qui ne sont pas aérés, c'est bête mais si je n'accroche pas à l'histoire rapidement cela peut me bloquer (c'est pareil pour les blogs d'ailleurs).

En deux mots : je m'ennuyais... donc je l'ai abandonné et maintenant je suis bien embêtée pour écrire un billet qui se tient un tant soit peu alors que je m'endormais à chaque fois que je reprenais ma lecture.

Je vais m'en tenir là car je tourne en rond et je n'ai rien de plus à en dire.

Lu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire #MRL17 (ici)

 

C'est Sylire (ici) qui m'avait donné envie de le lire

Partager cet article

Repost0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 06:21

...

 

Résumé :
Printemps 1980, l'avènement de Mitterrand est proche. Pour Magyd - lycéen beur d'une cité de Toulouse - c'est le bac. Il sera le premier lauréat de sa cité, après un long chemin parcouru entre la pression de sa mère et les vannes des copains. Ce récit intime, unique et singulier, éclaire la question de l'intégration et les raisons de certains renoncements.  
Avec gravité et autodérision, Ma part de Gaulois raconte les chantiers permanents de l'identité et les impasses de la république. Souvenir vif et brûlant d'une réalité qui persiste, boite, begaie, incarné par une voix unique, énergie et lucidité intactes. Mix solaire de rage et de jubilation, Magyd Cherfi est ce produit made in France authentique et hors normes : nos quatre vérités à lui tout seul ! 

 

Mon avis : 
Je lance un appel à Audiolib ! Dites à vos auteurs de laisser la place à d'autres pour lire leurs œuvres.

Je suis sûre que j'aurais pu aimer ce livre, certains passages m'ont plu.
En revanche j'étais complètement perdue quand il y avait des dialogues, pas moyen pour moi de différencier les différentes personnes.

J'ai aimé les moments où l'auteur parle de littérature mais sa façon de lire m'a vraiment découragée, pourtant il a l'air convaincu par son texte.

Dommage...

Prix Audiolib 2017

...

 

Partager cet article

Repost0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 18:12

...

 

Résumé : 
Nord de la Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Fille unique et mal dans sa peau, elle n'a que Connie, son amie d'enfance. Lorsqu'une dispute les sépare au début de l'été, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté, les tenues débraillées et l'atmosphère d'abandon qui les entoure la fascinent.
Elle tombe sous la coupe de Suzanne, l'aînée de cette bande, et se laisse entraîner dans le cercle d'une secte et de son leader charismatique, Russell. Caché dans les collines, leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l'adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s'y faire accepter
Tandis qu'elle passe de moins en moins de temps chez sa mère et que son obsession pour Suzanne va grandissant, Evie ne s'aperçoit pas qu'elle s'approche inéluctablement d'une violence impensable.

Dense et rythmé, le premier roman d'Emma Cline est saisissant de perspicacité psychologique. Raconté par une Evie adulte mais otujours cabossée, il est un portrait remarquable des filles comme des femmes qu'elles deviennent. 

Mon avis : 
Il faut tenir au moins un tiers de cette lecture avant d'entrer dans le vif du sujet avec l'histoire de la secte évoquée dans le résumé.

La lectrice est très bonne mais je n'ai pas réussi à m'intéresser à l'histoire, j'ai patienté jusqu'à l'arrivée d'Evie dans la secte.
A ce moment-là j'ai calé, cela commence par un gros vicieux qui profite de très jeunes filles avec une scène très réaliste et révoltante.

Je préfère encore des scènes bien sanglantes de thriller ....

Ce sera donc sans moi pour la fin, sans regret, car je ne l'ai trouvé ni dense ni rythmé.

Prix Audiolib 2017

...

 

Partager cet article

Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 08:59

...

 

Résumé :
« Se raconter est une drôle d’affaire. Dans un projet comme celui-ci, l’auteur fait une promesse : laisser le lecteur entrer dans sa tête. C’est ce que j’ai essayé de faire au fil de ces pages. » BRUCE SPRINGSTEEN, dans les pages de Born to Run
 
Au cours des sept années écoulées, Bruce Springsteen s’est, en secret, consacré à l’écriture de l’histoire de sa vie, apportant à ces pages l’honnêteté, l’humour et l’originalité qu’on retrouve dans ses chansons. Il décrit son enfance, dans l’atmosphère catholique de Freehold, New Jersey, la poésie, le danger et les forces sombres qui alimentaient son imagination, jusqu’au moment qu’il appelle le Big Bang : la première fois qu’Elvis Presley passe à la télévision.
Il raconte d’une manière saisissante l’énergie implacable qu’il a déployée pour devenir musicien, ses débuts dans des groupes de bar à Asbury Park et la naissance du E Street Band. Avec une sincérité désarmante, il raconte aussi pour la première fois les luttes personnelles qui ont inspiré le meilleur de son oeuvre et nous montre que la chanson Born to Run révèle bien plus que ce qu’on croyait.
Born to Run sera une révélation pour quiconque apprécie Bruce Springsteen, mais c’est bien plus que le témoignage d’une rock star légendaire. C’est un livre pour les travailleurs et les rêveurs, les parents et les enfants, les amoureux et les solitaires, les artistes, les dingues et quiconque ayant un jour voulu être baptisé dans les eaux bénies du rock’n’roll.

Mon avis : 
Quand j'ai vu ce titre dans la liste des titres du prix Audiolib 2017 je me suis dit qu'il ne m'attirait pas du tout.

Quand j'ai reçu le livre audio et que j'ai vu qu'il durait 19h21... je me suis dit que cela aller être loooong si je n'accrochais pas rapidement.

Quand j'ai lu l'avis positif d'Enna, je me suis dit : Après tout pourquoi pas ? 

Conclusion : Ce livre n'est pas pour moi, je ne suis pas fan de rock'n'roll, je ne suis pas fan d'autobiographie, bref c'est un abandon après seulement quelques chapitres sans m'être intéressée à la vie de ce personnage.

 

Prix Audiolib 2017

 

...

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture