14 septembre 2019 6 14 /09 /septembre /2019 16:14

...

 

Quatrième de couverture :
Brillante avocate, Solène tente de se reconstruire après un burn out. Acceptant une mission bénévole d'écrivain public, elle est envoyée au Palais de la Femme, vaste foyer au cœur de Paris. Les résidentes s'appellent Binta, Sumeya, Cvetana, Salma ou la Renée et viennent du monde entier. Lorsqu'elles voient arriver Solène, elles se montrent méfiantes. Solène vacille mais s'acharne, bien décidée à trouver sa place auprès de ces femmes aux destins tourmentés... 
Un siècle plus tôt, Blanche Peyron oeuvre en faveur des démunis. Elle a voué sa vie à l'Armée du Salut et rêve d'offrir un refuge à toutes les exclues de la société. Le chemin est ardu, mais Blanche ne renonce jamais. 
Laetitia Colombani donne vie à ces Victorieuses anonymes, à Blanche l'oubliée, à toutes celles qui refusent de se résigner. Un hymne à la solidarité prodigieusement romanesque.

Mon avis : 
Après mon coup de cœur pour La tresse (ici) du même auteur j'avais très envie de découvrir son deuxième roman.

Je l'ai commencé sans rien en savoir et en évitant d'ailleurs de lire les avis s'y rapportant.
C'est l'histoire d'un même lieu entre sa création en 1925 et ce qui s'y passe de nos jours, mais aussi et surtout la vie des femmes qui y sont hébergées et de celle qui a participé à sa création.

C'est donc encore une histoire de femmes, de femmes blessées par la vie mais qui trouvent secours et hébergement dans ce bâtiment qui leur est dédié.

Une belle découverte de ce bâtiment et de son usage que je ne connaissais pas du tout.

Ce bâtiment est immense et je ne peux que vous conseiller de chercher des photos sur internet, c'est ce que j'ai fait durant ma lecture et on visualise mieux ce qui est décrit dans le roman (je n'ose pas en mettre ici à cause des droits d'auteur...).

J'aime beaucoup la sensibilité de l'auteur envers ses personnages.

L'avis de Stephie (ici

Roman de ma

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2019 1 09 /09 /septembre /2019 18:15

...

 

Résumé : 
« Saviez-vous que les petites filles naissent pour faire tourner leur jupon de princesse jusqu'à s'étourdir, pour massacrer les bâtons de rouge à lèvres en se tordant les chevilles sur les escarpins de leur mère, pour sauter sur les lits et s'admirer dans le grand miroir de l'entrée en récitant des poèmes ?
La mienne aussi. Enfin, c’est ce que je croyais ».

Au cours des heures suivant l’arrêt des soins qui maintiennent Rose en vie, ses parents croisent les héros de l'ombre qui les entourent. Leurs vies se racontent dans des portraits (la mère, la pédiatre ou le clown) qui embarquent le lecteur dans un monde d’émotions que généralement on tait. Il se glisse dans les conversations et partage les pensées de chacun pour mieux comprendre l’intensité inouïe du moment.

Une histoire d'amour avec un regard original sur l’inacceptable : la perte d'un enfant.

Un livre percutant et juste au style délicat, porteur d'espoir et de lumière.

Mon avis : 
J'hésite toujours un peu quand un auteur me propose son livre en direct. J'ai peur de ne pas aimer et de ne pas savoir en parler comme il faut. C'est bien plus facile quand c'est un livre que j'achète ou que j'emprunte à la bibliothèque car l'auteur me paraît alors bien loin de moi.

Alors j'ai accepté parce que le premier contact avec Hélène Machelon a été simple et chaleureux, j'ai accepté parce que j'ai déjà lu des livres sur ce sujet douloureux de la perte d'un enfant et que bien évidemment cela me touche en tant que maman.

J'ai aimé ce livre, beaucoup.
J'en ai d'abord aimé la construction, chaque chapitre donne la parole à une personne différente puis un chapitre sur la maman. Les narrateurs sont donc nombreux et variés en passant du pédiatre au clown de l'hôpital, ou d'une grand tante au thanatopracteur et d'autres plus ou moins proches de la famille de la petite Rose et qui ont croisé Rose ou ses parents à un moment ou à un autre de sa maladie.
J'aurais beaucoup aimé entendre la voix du papa, un peu plus que par les mots de la maman.

Le personnage qui m'a vraiment touchée est le thanatopracteur, tellement doux et attentionné pour préparer la petite Rose après sa mort, pour qu'elle soit toute belle.

C'est évidemment un sujet très douloureux mais ce n'est jamais larmoyant, c'est bien sûr très triste mais ce roman n'est pas écrit pour faire pleurer.

Une belle découverte, merci Hélène pour cette proposition, je suis bien contente de l'avoir acceptée.

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2019 1 02 /09 /septembre /2019 18:19

...

 

Quatrième de couverture :
«J'ai cru qu'il était aveugle. C'est comme ça qu'il m'a eu.» Quand Linus, jeune fugueur de 16 ans, se réveille sur le sol d'un bunker profondément enfoui sous terre, c'est d'abord la panique qui le saisit. De toute évidence, il a été kidnappé et enfermé ici. Mais pour quel motif ? Et qu'attend-on de lui ? 

Une petite fille apeurée. Un vieil homme malade. Un toxicomane sur les nerfs. Un consultant arrogant. Une jeune femme dépressive. Capturés comme lui, en pleine ville, en plein jour. Nourris, désormais, et constamment filmés par des caméras. Pourquoi eux ? Et pourquoi maintenant ? 

Bientôt, et tandis que le temps commence à perdre de sa substance, que l'angoisse et la colère le cèdent lentement au désespoir, une terrible vérité se fait jour. Il ne s'agit plus de sortir. Il s'agit de survivre. Ensemble. Le plus longtemps possible. Parce qu'il n'y a peut-être rien d'autre à faire. 

Mon avis : 
J'aime les histoires de séquestration et en voici une nouvelle, un huis clos dans une espèce de bunker. 
La forme est originale puisque nous lisons le journal écrit par Linus 16 ans. Il n'est pas tout seul dans ce bunker et nous découvrons peu à peu comment la vie s'y organise. 

Linus nous décrit les bons côtés des personnages mais aussi les moins bons, jusqu'où certains sont près à aller pour survivre et s'échapper.

Certains passages font froid dans le dos et je l'ai lu très rapidement car je voulais savoir qui allait s'en sortir et comment...

C'est horrible mais c'est bien fait !

Roman emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
16 août 2019 5 16 /08 /août /2019 17:15

...

 

Quatrième de couverture :
Psychologue réputée pour son expertise dans les affaires criminelles, Abigaël souffre d'une narcolepsie sévère qui lui fait confondre le rêve avec la réalité. De nombreux mystères planent autour de la jeune femme, notamment concernant l'accident qui a coûté la vie à son père et à sa fille, et dont elle est miraculeusement sortie indemne. 

L'affaire de disparition d'enfants sur laquelle elle travaille brouille ses derniers repères et fait bientôt basculer sa vie dans un cauchemar éveillé... Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même.

Mon avis : 
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu cet auteur et puis j'ai fait du tri dans nos bibliothèques...

Entre rêve et réalité j'ai été prise dans l'engrenage des mots de l'auteur dès les première pages de ce roman et il sait y faire pour nous mener en bateau.

Il n'est pas facile du tout de faire la part des choses, plusieurs pistes, plusieurs mystères et surtout des cauchemars qui paraissent tellement réels et qui pourrissent la vie d'Abigaël. 

Cette petite phrase me parle particulièrement : "La lecture... Un vrai refuge quand tout allait mal" p.424 

La construction du roman est originale car elle n'est pas chronologique mais une frise permet de savoir à quel moment de l'histoire on se situe. L'auteur l'explique au lecteur en préambule du roman.

J'avais oublié que cet auteur situait ses enquêtes dans le Nord, ma région d'origine, c'est plutôt sympa de connaître les noms des lieux où se déroulent les faits.

Pour tout vous dire : je l'ai dévoré ce roman !

Livre de ma

 

...

 

Partager cet article

Repost0
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 17:23

...

 

Quatrième de couverture :
New York pages es tumultueuses années 1920, pour des milliers d'Européens, la ville est synonyme de « rêve américain ». C'est le cas pour Cetta Luminita, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L'espoir d'une nouvelle existence s'esquisse lorsqu'il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l'amour ?

Mon avis : 
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de pavé alors j'ai profité de mes vacances pour le faire et participer au challenge de Brize.

Ce roman retrace toute une époque par son histoire foisonnante de lieux, de personnages, d'action, d'amitié, d'amour, de trahisons. 

A travers les mots on imagine sans peine les images, l'écriture est très cinématographique ce qui ajoute au plaisir de lecture.

Ce roman m'a transportée car il est totalement dépaysant dans le temps et dans l'espace

Surprise de l'avoir lu aussi rapidement (j'étais en vacances mais quand même...) je pense continuer ma découverte de cet auteur.

 

...

 

Livre prêté par une amie : Merci Florence ! 

 

Partager cet article

Repost0
10 août 2019 6 10 /08 /août /2019 12:43

...

 

Quatrième de couverture :
Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. 
Et... trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l'arrivée va déstabiliser l'équilibre de la tribu. 
Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d'une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s'incruste. Mélangez, laissez mijoter... et savourez !

Mon avis : 
Un petit roman vite lu, dévoré et apprécié.
Chaque personnage de ce roman est touchant, chacun dans son style.
Les dents grincent parfois dans cette famille qui se retrouve dans la maison familiale pour Noël, Pâques et les vacances d'été. La cohabitation n'est pas facile, surtout que Jacques, le grand-père, n'y met pas beaucoup du sien.

De courts chapitres qui donnent du rythme à l'histoire et la belle région de Bretagne m'ont conquise.

Livre du club de lecture avec mes copines

 

Partager cet article

Repost0
5 juin 2019 3 05 /06 /juin /2019 17:02

...

 

Quatrième de couverture :
Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu'elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu'un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l'on croyait noires se révèlent lumineuses. 

Après l'émotion et le succès des Oubliés du dimanche, Valérie Perrin nous fait partager l'histoire intense d'une femme qui, malgré les épreuves, croit obstinément au bonheur. Avec ce talent si rare de rendre l'ordinaire exceptionnel, Valérie Perrin crée autour de cette fée du quotidien un monde plein de poésie et d'humanité. 

Un hymne au merveilleux des choses simples.

Mon avis : 
Bonne pioche en ce moment pour mes lectures !
J'aime vraiment l'écriture de Valérie Perrin j'avais déjà beaucoup apprécié Les oubliés du dimanche (ici).

Ce roman a plusieurs facettes, Violette et sa famille, Violette et l'amour, Violette et les rencontres, Violette et les épreuves de la vie, Violette et le cimetière, Violette et la tristesse, Violette et sa force de caractère. 

Une vie simple de gardienne de cimetière, près de la nature,  loin de la folie de la ville, cela donnerait presque envie.

Je l'ai dévoré, englouti, aimé et j'espère que cet auteur écrira d'autres romans tout aussi bons.

Roman emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2019 6 01 /06 /juin /2019 16:37

...

 

Quatrième de couverture :
À bientôt 16 ans, Colin est un orphelin auquel il manque des pans entiers de son histoire. En retournant sur Mornesey, l'île qui l'a vu naître, l'adolescent compte bien combler cette mémoire amputée. C'est ici, entre le phare des Enchaînés et les ruines de l'abbaye Saint-Antoine, qu'il va croiser la silhouette qui bousculera toutes ses certitudes - figure familière et inconnue. Ce fantôme serait-il son père ? Lui aurait-on menti toute sa vie ? Car les secrets pullulent sur cette île de brigands. Des secrets pour lesquels on tue. Et Colin semble être au cœur de chacun d'entre eux. Un sans-famille au sang maudit...

Mon avis : 
J'ai dévoré ce roman !
Cette histoire est très visuelle et j'en verrai bien un film, les images défilaient devant mes yeux pendant ma lecture.

C'est rythmé, surprenant, dépaysant. Les personnages sont très chouettes, notamment les jeunes.

Une histoire de famille brisée, de recherche des origines, de mystère à résoudre.

C'est bien mené, facile à lire comme d'habitude avec Michel Bussi.

Roman prêté par une amie : Merci Florence !

 

Partager cet article

Repost0
30 mai 2019 4 30 /05 /mai /2019 19:07

...

 

Quatrième de couverture :
Lorsqu'elle découvre le One Folgate Street, Jane est conquise par cette maison ultramoderne, minimaliste, parfaite pour tourner la page après le drame éprouvant qu'elle vient de vivre. Mais, pour la louer, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Notamment répondre régulièrement à des questionnaires intrusifs. 

Jane apprend bientôt qu'Emma, la locataire qui l'a précédée, lui ressemble étrangement et a connu une fin tragique. Irrémédiablement, Jane s'engage sur la même voie, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes... et ressent la même terreur que la fille d'avant.

Mon avis : 
La fille d'avant : Emma, La fille de maintenant : Jane
Les chapitres alternent l'histoire de l'une puis de l'autre.
Beaucoup de mystère, pas de temps mort, de bons personnages, des surprises et un peu de stress.

En bref un très bon roman qui m'a rapidement embarquée. N'hésitez pas si vous avez l'occasion de le lire.

Roman de ma

 

Partager cet article

Repost0
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 16:08

...

 

Quatrième de couverture :
J
'ai l'envie de surprendre mais aussi d'émouvoir. Je ne cherche pas à retranscrire la réalité, mais à la sublimer. Michel Bussi 

Les plus belles histoires d'amour ne meurent jamais. 
Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente. 
Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu'il n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous ? 
Qui joue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ? 
Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu'on peut remonter le temps ? 
En quatre escales, Montréal, San Diego, Barcelone et Jakarta, dans un jeu de miroirs entre 1999 et 2019, J'ai dû rêver trop fort déploie une partition virtuose, mêlant passion et suspense, au plus près des coeurs qui battent trop fort. 

Mon avis : 
Michel Bussi nous fait voyager dans le temps, en avion, au travers de la musique.
Montréal, Los Angeles, Barcelone et Jakarta, 1999 et 2019 aux côtés de Nathalie, Olivier, Laura, Margot et Yl  pour les personnages principaux. 
Dès le début j'ai été embarquée par l'histoire et l'envie de savoir, de comprendre pourquoi tous ces mystères qui rappellent à Nathalie des événements vieux de vingt ans.  
Il ne faut pas en savoir plus... pour ne pas ternir le plaisir de lecture.

Aux deux tiers du livre j'ai eu envie que l'auteur nous fasse enfin part des ficelles qu'il tire si bien, mais il m'a fallu patienter encore un peu.

Encore un bon Bussi... un léger cran en dessous du précédent pour la surprise des révélations mais vraiment prenant.

Roman de ma PAL et qui n'y est pas resté longtemps....

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture