3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 18:21

...

 

Quatrième de couverture :
Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l'art difficile d'écrire pour les autres. 
Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l'encre, l'enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d'un singe, des lettres d'adieu aussi bien que d'amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin. 
Et c'est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre de réconciliations inattendues.

Mon avis : 
Au début de ce roman j'avais vraiment l'impression que cela se passait à une autre époque. En effet ce métier d'écrivain public a un petit air désuet mais c'est bien à l'époque des mails qu'officie cet écrivain.  

Selon les circonstances de la lettre à écrire il faut choisir le papier, la plume, la façon d'écrire et bien sûr le contenu de la lettre pour que cela corresponde au mieux à la demande du client. La description de ce métier est vraiment intéressante. 

L'écrivain découvre de petites tranches de vie des gens qui viennent la voir, j'ai trouvé que cela était un peu frustrant ces relations qui n'en sont pas.

En revanche le dernier tiers du livre est vraiment chouette au niveau relations humaines. Hatoko va faire de vraies rencontres, créer des liens forts et elle va également faire des découvertes sur sa famille.

Ce livre est reposant ! pas vif mais agréable.

Roman emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 18:41

...

 

Quatrième de couverture :
XVIIIe siècle, Côte-de-l'Or, au plus fort de la traite des esclaves. Nées en pays fanti et ashanti, Effia et Esi sont demi-sœurs mais ne se connaissent pas. La sublime Effia est contrainte d'épouser un Anglais, le capitaine du fort de Cape Coast, où, dans les cachots, sont enfermés les futurs esclaves. Parmi eux, Esi. Elle sera expédiée en Amérique. Ses enfants et petits-enfants seront continuellement jugés sur la couleur de leur peau. La descendance d'Effia, métissée et éduquée, perpétuera le commerce triangulaire familial et devra survivre dans un pays meurtri pour des générations. 

Yaa Gyasi nous conte le destin d'une famille à l'arbre généalogique brisé par la cruauté des hommes. Un voyage dans le temps inoubliable.

Mon avis : 
Dans ce roman on découvre deux familles au travers d'un de leurs descendants pour chaque chapitre, on descend de plus en plus dans l'arbre généalogique au fil du roman.

Heureusement qu'il y a un arbre généalogique au début du roman car il n'est pas facile de se rappeler de qui descend chaque personne.

J'ai aimé découvrir chaque personnage mais j'ai souvent regretté de faire des sauts de plusieurs dizaines d'années dans le temps entre deux descendants. J'ai eu du mal à suivre le fil, cela donne un roman assez décousu.

J'ai aussi ressenti une certaine frustration quand un chapitre s'arrêtait et qu'on ne pouvait donc pas vraiment savoir ce que devenait le personnage concerné.

Un avis qui est donc en demi-teinte, c'est dommage car le sujet de l'esclavage est vraiment très intéressant.

Roman de ma PAL (d'anniversaire)

 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 19:12

...

 

Résumé : 
1910. La jeune Agathe, repasseuse, fait la connaissance de la Belle Otero, célèbre danseuse, dans la villa dans laquelle elle est employée. Une rencontre qui va bouleverser sa vie, deux destins liés à jamais par le poids d'un secret.

Un siècle plus tard, Faustine, journaliste qui se remet tout juste d'une dépression, se rend dans l'arrière-pays niçois afin d'écrire un article sur la Belle Époque. Sa grand-tante va lui révéler l'histoire d'Agathe, leur aïeule hors du commun. En plongeant dans les secrets de sa famille, la jeune femme va remettre en question son avenir.

Mon avis : 
Clarisse Sabard aime les histoires de famille et ça tombe bien car moi aussi.

J'ai également apprécié que ce roman se passe dans la région où elle habite, cela me donne d'ailleurs envie d'y retourner (mais pas en été il fait trop chaud).

L'alternance des époques est agréable et les deux histoires qui s'imbriquent sont intéressantes, bien menées. Les sentiments sont très présents dans ce roman (avec quelques grosses ficelles mais bon).

J'ai beaucoup aimé ne pas savoir, jusqu'à la fin, qui était ce bébé au début du roman. Un roman qui renferme donc aussi sa part de mystère.

J'ai dévoré ce livre à un moment où il me fallait quelque chose de facile à lire, c'était parfait.

De cet auteur j'ai déjà beaucoup aimé Les lettres de Rose (ici) et La plage de la mariée (ici).

Roman de ma 

 

Catégorie végétal

 

Partager cet article

Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 18:12

...

 

Quatrième de couverture : 
La sieste ne fait pas le bonheur, mais elle y contribue largement. Elle est le remède à l’un des maux les plus pernicieux de notre époque : le manque chronique de sommeil qui, lentement mais sûrement, grignote notre santé.
Brisons d’emblée un mythe : la sieste n’est pas la marque des paresseux. Bien au contraire, elle est la solution pour une vie plus active, plus saine, plus créative et plus sereine. Les dernières études scientifiques ont révélé qu’elle nous permet de lutter contre la somnolence, la baisse de performances, la morosité, la douleur, la fragilité immunitaire, le stress, et à se protéger du surpoids et du risque cardiovasculaire.
Quand le sommeil de nuit se fait trop rare – lui qui assure la croissance, consolide la mémoire, régénère, nettoie, protège l’organisme –, la sieste devient notre meilleure alliée. L’objectif de ce livre est justement de nous familiariser avec cette “médecine de poche”, d’apprendre à lui réserver les moments les plus favorables de la journée, à lui consacrer les bonnes durées, à contourner ses petits obstacles, à optimiser ses avantages, et à comprendre l’intérêt majeur qu’il y a à la pratiquer. La sieste ou l’art de retrouver et d’entretenir notre vitalité. 

Mon avis : 
Ce livre m'a confortée dans le fait de continuer mes petites siestes du week-end. J'ai eu du mal à y venir, au début il fallait que je sois vraiment au bout du rouleau pour en faire une. Maintenant elle me permet de récupérer un peu du manque de sommeil de la semaine et en particulier du jeudi car je me couche plus tard que d'habitude, et plus tard que mon rythme naturel.
Elle me permet aussi d'anticiper parfois un coucher plus tardif.

Depuis toujours je suis très sensible au manque de sommeil et même si je dors un peu moins en vieillissant je suis attentive à suivre le rythme qui me convient.

Bon je ne vais pas vous raconter ma vie...

Ce livre est intéressant, un peu trop porté sur les résultats d'études scientifiques à mon goût. Je sais que c'est grâce à celles-ci qu'on en connaît plus sur ce qui se passe quand on dort mais ce n'est pas ma tasse de thé.

C'est la deuxième partie de ce livre qui est vraiment consacrée à la sieste, la première étant tournée vers le sommeil en général. 

C'est tout à fait le style de livre à découvrir à petite dose, de temps en temps, cela ne se lit pas comme un roman.

J'aime bien les quelques pages de rappel sur les bienfaits de la sieste à la fin de l'ouvrage.

Merci à Babelio et aux éditions Actes Sud

Partager cet article

Repost0
20 mars 2019 3 20 /03 /mars /2019 18:10

...

 

Quatrième de couverture :
Laura se pose beaucoup de questions. Comment réussir sa vie ? Est-il possible de manger tout ce que l'on aime sans prendre dix kilos ? Comment trouver l'amour ? Trop de doutes pour être heureuse, trop d'envies pour se contenter du banal... Jusqu'au jour où un accident va complètement effacer sa mémoire. 

La voilà à nouveau débutante face à la vie, obligée de tout redécouvrir : les bonbons, les soutiens-gorges, les garçons, l'électricité et les lois qui gouvernent l'Univers... Libérée des a priori, portée par un coeur affamé et un cerveau qui se cherche, Laura entame une aventure unique et hilarante. En ne sachant plus rien, elle a peut-être enfin une chance de devenir elle-même... 

Gilles Legardinier confirme brillamment qu'il n'a pas son pareil pour allier le rire à l'émotion. 

Qui n'a jamais rêvé de tout oublier pour recommencer ? 

Attention : les scènes de cette comédie sont vécues par des non-professionnels, il est vivement conseillé de les reproduire chez vous !

Mon avis : 
J'ai vraiment eu peur au début de ce roman, c'était un peu loufoque, un peu déjanté, un peu inhabituel...

Et puis l'écriture de Gilles Legardinier a fait son effet, et puis je me suis attachée à Laura, Lucie et les autres...

Il y aussi de l'amour, des relations familiales, un mystère et surtout du rythme.

En bref, un roman bien sympathique.

Roman prêté par une amie

 

Partager cet article

Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 18:12

...

 

Résumé (censuré par mes soins) :
Deux familles ordinaires à l'heure de la rentrée scolaire. 
Deux familles où chacun masque et tait les problèmes pour ne pas inquiéter les autres. 
Chez les Kessler, la mère a retrouvé son premier amour. 
Chez les Mariani, le père est mis à l'écart dans son entreprise. 

Deux familles où règnent les secrets. 
(...)
Deux familles où, en apparence, tout va bien. 
Jusqu'à ce que tout déraille... 
Pour des raisons obscures. 

Un roman sur les non-dits, les faux-semblants, et ce regard que, parfois, l'on ne sait plus toujours porter autour de soi. 


Une chronique implacable (...), servie par une écriture puissante et cinématographique.

Mon avis : 
Ouf ! je n'avais pas lu le résumé avant de découvrir ce roman. Je vous conseille vivement d'en faire autant, vraiment. Et d'ailleurs vous pouvez lire celui qui est ci-dessus car je l'ai vraiment épuré de ce qu'il ne vaut mieux pas savoir avant de commencer ce livre (à mon avis)...

La surprise a donc été totale pour moi et Amélie Antoine sait y faire pour écrire des textes qui remuent, qui bouleversent. 

Des familles, des ados, on s'y retrouve parfois, on s'identifie et alors cela nous touche encore plus.

Je ne veux vraiment pas trop en dire mais c'est un roman difficile à lâcher.

Un léger bémol sur la fin un peu... un peu trop... 
Mais un livre à lire !

 Merci à Netgalley

 

Partager cet article

Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 17:52

...

 

Quatrième de couverture :
« Avec eux, je tremble, je frémis, je suis dans l'adoration, et ce n'est pas un service à rendre aux enfants que de les adorer. » 
Zachée et Thadée, deux frères, étudiants brillants et surfeurs surdoués, déploient les charmes de leur jeunesse sous l'été sauvage de La Réunion. Mais l'été et la jeunesse ont une fin, et il arrive qu'elle survienne plus vite et plus tragiquement que prévu. 

Mon avis : 
Chaque chapitre permet à un narrateur différent de s'exprimer tout au long de ce roman. J'aime assez ce procédé d'écriture, on voit les choses de différents points de vue.

Tous les personnages vont être malmenés dans ce roman et parfois de façon violente, sournoise, psychologique.

La tension monte tout au long du roman car l'un des personnages est vraiment machiavélique, méchant et surtout imbu de lui-même.

La mère des deux garçons m'a énervée à porter ses garçons aux nues, ils sont les plus beaux, les plus intelligents et pourtant...

Il n'y a pas que de la tension psychologique dans cette histoire, l'émotion est également présente (j'en ai même eu les larmes aux yeux).

Après un début un peu lent à mon goût j'ai vraiment apprécié cette lecture.

 

Livre du club de lecture
avec mes copines

 

Partager cet article

Repost0
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 20:12

...

 

Quatrième de couverture :
Quelque part entre la banlieue et la campagne, Jonas et ses amis tuent le temps. Ils fument, jouent aux cartes, font pousser de l’herbe, et, quand ils sortent, c’est pour constater ce qui les éloigne des autres. Dans cet univers où tout semble voué à la répétition du même, leur fief, c’est le langage, qu’ils ne cessent de mettre en scène, que ce soit Lahuiss interprétant le Candide de Voltaire ou Poto offrant un morceau de rap de son cru.
Jonas, qui a grandi avec eux, a ses jardins secrets – une fille qu’il visite de temps en temps – et un avenir possible – la boxe professionnelle. Mais aussi élégant et rapide que soit son jab, il manque de niaque et d’ardeur.
Au fil de ce roman écrit au cordeau, une gravité se dégage, une beauté qu’on extirpe du tragique ordinaire à travers une voix neuve, celle de son auteur.

Mon avis : 
Je ne suis pas fan des livres audio lus par leur auteur...  il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...
David Lopez a le ton juste pour lire son roman. Il a les intonations de ces jeunes de banlieue qui fument, boivent, glandent, draguent, jouent et qui donnent l'impression de ne pas faire grand chose de leur vie, en fait ce n'est pas qu'une impression. Ils fument beaucoup de cannabis, presque en permanence d'ailleurs.

Ils sont en bande, ils se cherchent.... drôle de vie...

Ils m'ont fait sourire lors d'un passage avec une dictée.

Le langage est souvent cru.

Ce roman m'a paru très réaliste, il n'y a pas vraiment d'histoire à proprement parler mais une tranche de vie de ces jeunes à la dérive.

 

...

 

Partager cet article

Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 19:36

...

 

Quatrième de couverture :
Les Denbe semblaient sortir des pages de magazines glamours : un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston... 

Une vie de rêve. Jusqu'au jour où ils disparaissent tous les trois. Pas d'effraction, pas de témoin, pas de motifs, pas de demande de rançon. Juste quelques traces de pas et des débris de cartouches de Taser sur le sol de leur maison. Pour la détective privée Tessa Leoni, l'enlèvement ne fait aucun doute. Mais que pouvait donc bien cacher une existence en apparence aussi lisse ? 

Numéro un sur la liste des best-sellers du New York Times pendant plusieurs mois, ce thriller inquiétant de Lisa Gardner nous plonge dans l'intimité troublante d'une famille au-dessus de tout soupçon.

Mon avis : 
Cela faisait un moment que je n'avais pas lu de roman de cet auteur. Les pages défilent facilement comme d'habitude.

Certains passages sont drôlement violents car la famille parfaite va être malmenée.

Les personnages féminins sont courageux et les méchants très méchants et obstinés.

Conclusion : il n'y a pas de famille parfaite quoiqu'en disent les apparences !

Roman du groupe de lecture
 avec mes copines

 

Partager cet article

Repost0
4 mars 2019 1 04 /03 /mars /2019 18:10

...

 

Résumé :
Au début des années 1920, le comte Alexandre Ilitch Rostov, aristocrate impénitent aux manières aussi désuètes qu’irrésistibles, est condamné par un tribunal bolchévique à vivre en résidence surveillée dans le luxueux hôtel Metropol de Moscou. Acceptant joyeusement son sort, le sémillant comte Rostov hante les couloirs, salons feutrés, restaurants et salles de réception de l’hôtel, et noue des liens avec le personnel de sa prison dorée, des diplomates étrangers de passage, une belle actrice inaccessible – ou presque –, et côtoie les nouveaux maîtres de la Russie soviétique. Mais, plus que toute autre, c’est sa rencontre avec Nina, une fillette de neuf ans, qui bouleverse le cours de sa vie bien réglée au Metropol. Trois décennies durant, le comte vit retranché derrière les grandes baies vitrées du Metropol, microcosme où se rejouent les évènements politiques de l’URSS. Le récit enlevé de ses aventures sous cloche forme une fresque romanesque prodigieuse, qui rend un vibrant hommage à l’âme et à la culture russes.

Mon avis : 
Un livre audio qui dure 16h58 et que j'ai trouvé long dès le début.... et très bavard pour pas grand chose.

Un livre audio qui dure 16h58 et dont le lecteur a un ton "pompeux", ton de circonstance puisqu'il raconte l'histoire d'un comte russe.

Bref, je n'ai pas été très courageuse et j'ai abandonné assez rapidement je l'avoue. Car participer à un prix ne doit pas non plus devenir une "torture" et si j'avais continué je n'aurais guère prêté attention au texte c'est certain.

En voilà un qui ne sera pas bien haut dans mon classement....

Roman du prix Audiolib

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture